Une tornade de faible intensité (bas de l'échelon EF1) est observée à la Crèche, dans les Deux-Sèvres,  le 7 juillet 2008 à 10h10 locales. Le phénomène a notamment survolé un lotissement situé à l'Ouest de la commune. 

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF1, soit des vents estimés de 135 km/h à 175 km/h
* distance parcourue : 500 mètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée : LA CRÈCHE (les Verdillons)
* département : DEUX-SÈVRES (79)
* altitude moyenne du terrain : 53 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu

* principaux dégâts : toitures endommagées sur une vingtaine d'habitations, cabanon soufflé et toiture projetée à plusieurs dizaine de mètres après être passée au-dessus d'un jardin, projection de débris à une certaine distance, plaques de ciment de plusieurs dizaines de kilos descellées, une tonnelle emportée à 60 mètres et ayant atterri dans la vitre d'une voiture

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Parcours de la tornade

 
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)

Une masse chargée de paille

La tornade de la Crèche s'est déroulée au lotissement des Verdillons, à l'Ouest de la commune. Le phénomène, qui a été vu par plusieurs habitants, est décrit comme une masse chargée de paille et accompagnée d'un grondement de quelques secondes« Quand on voit ça à la télé, on n’imagine pas ce que c’est. [...] Il y a eu un grondement, ça n’a pas duré longtemps, cinq secondes peut-être. » « J’étais au téléphone, quand j’ai vu par la fenêtre cette masse qui arrivait, toute cette paille, c’était terrible [...] J’ai crié à tout le monde de rester dans la maison, qu’une tornade arrivait. » [La Nouvelle République du 8 juillet 2008].

Sur le passage de la tornade, des débris en tout genre ont été semés dans plusieurs rues du lotissement : pots de fleurs, tuiles, jouets d'enfants, paille, et même toiture d'un cabanon qui a été transportée à 30 mètres. Le cabanon, quant à lui, a été soufflé. Certains objets ont même été transportés à contre-flux, ce qui prouve le caractère tourbillonnaire du phénomène.

Le relevé des dommages permet de classer la tornade de la Crèche en intensité EF1 (bas de l'échelon), notamment en raison des projections à distance de certains objets : toitures endommagées sur une vingtaine d'habitations, cabanon soufflé et toiture projetée à plusieurs dizaine de mètres après être passée au-dessus d'un jardin, projection de débris à une certaine distance, plaques de ciment de plusieurs dizaines de kilos descellées, une tonnelle emportée à 60 mètres et ayant atterri dans la vitre d'une voiture.

Faute d'enquête de terrain, la distance parcourue par cette tornade (de part et d'autres du lotissement des Verdillons) reste indéterminée à ce jour. La trajectoire de 500 mètres apparaît donc comme un minimum.
 
Cabanon soufflé avec projection de la toiture à plusieurs dizaines de mètres:
   
© Archives LE COURRIER DE L'OUEST
 

Coupure de presse

La Nouvelle République (Deux-Sèvres) a relaté l'événement dans son édition du 8 juillet 2008:
 
Une mini-tornade traverse un quartier de La Crèche

Une vingtaine de maisons a été endommagée hier matin à La Crèche par le passage d’une mini-tornade. Tuiles et mobiliers de jardin ont été emportés sur des dizaines de mètres. Par chance, personne n’a été blessé.

« Quand on voit ça à la télé, on n’imagine pas ce que c’est. » Cet habitant de l’Allée-sur-les-prés n’en revient toujours pas. Vers 10h10, hier matin, une tornade est passée à travers le lotissement où il habite, à l’est de La Crèche. « Il y a eu un grondement, ça n’a pas duré longtemps, cinq secondes peut-être. » Mais sous un ciel d’encre, chargées de pluie et de la paille d’un champ voisin, les bourrasques ont été très puissantes. Elles ont emporté des centaines de tuiles sur leur passage. « Chez le voisin, trois plaques de ciment ont même été descellées du mur », poursuit-il en désignant des éléments de maçonnerie de plusieurs dizaines de kilos. En face, c’est le cabanon, pourtant de bonne facture, qui a été soufflé. Comme si une bombe y avait explosé. Le toit a été emporté à vingt ou trente mètres de là, par-dessus un jardin, pour retomber rue Firmin-Massais (lire ci-dessous).

A quelques mètres d’une toiture arrachée, un parasol n’a pas bougé.

Juste à côté, la vitre arrière d’une Ford Fiesta a été transpercée par… une tonnelle, portée sur cinquante ou soixante mètres. « Toutes les affaires que nous avions dans le jardin se sont envolées, et elles ont provoqué des dégâts derrière, explique l’habitante au 18 de l’allée Sur-les-Prés, en empilant des restes de mobilier sur le trottoir. Je suis désolée de voir ce que ma tonnelle a fait à leur voiture. Notre table de jardin a aussi défoncé un portail. »

« J’étais au téléphone, quand j’ai vu par la fenêtre cette masse qui arrivait, toute cette paille, c’était terrible, témoigne Gilles, propriétaire du portail en question. J’ai crié à tout le monde de rester dans la maison, qu’une tornade arrivait. », poursuit ce père de famille.

Alors que des pompiers replacent les quelques tuiles encore entières sur le toit de son voisin, il faudra bâcher le reste, Gilles montre avec étonnement les sièges transat et le parasol placés dans son jardin : « C’est incroyable ». Ils n’ont effectivement pas bougé d’un centimètre.

La tornade a parcouru 200 à 300 mètres, dans un couloir très étroit, selon un pompier qui centralisait sur place les demandes d’intervention des particuliers sinistrés. Une vingtaine de maisons ont été touchées à des degrés divers, dans l’allée Sur-les-Prés, la rue Firmin-Massais et la rue des Lilas.