Une tornade d'intensité modérée (EF2) frappe plusieurs communes du département de la Vienne le 4 janvier 2001, vers 13h30 locales. Le phénomène a provoqué d'importants dégâts matériels, notamment à Usseau.

La tornade d'Usseau s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise 2 cas pour la journée du 4 janvier 2001, dont celui de Buzançais (Indre).

 

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF2, soit des vents estimés entre 175 km/h et 220 km/h
* distance parcourue : 12 kilomètres
* largeur moyenne : indéterminée

* communes traversées : THURÉ (la Raintrie), USSEAU (la Jardière, les Rimbaults, la Vieille Maison, la Vallée), ANTRAN (le Bâtiment, la Maison Neuve), INGRANDES (la Maison Carrée, Saint-Ustre, Grand Marigny, les Pruniers)
* département : VIENNE (86)
* altitude moyenne du terrain : 100 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu, prairies, systèmes culturaux et parcellaires complexes, forêts, cours et voies d'eau

* principaux dégâts : couvertures de hangars enlevées et débris retrouvés à plusieurs centaines de mètres ; sapin de 15 mètres de hauteur déraciné ; arbres, parfois imposants, déracinés ou brisés ; un hangar pulvérisé ; toitures d'habitation enlevées ; une habitation éventrée (structure en pierre) ; véhicule déplacé sur deux mètres ; remorque soulevée et déplacée sur 15 mètres environ ; un poteau EDF couché

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 
Trajectoire de la tornade EF2 d'Usseau (Vienne) du 4 janvier 2001
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)

Une remorque déplacée sur quinze mètres

La tornade d'Usseau, qui a fait l'objet d'une importante médiatisation, a parcouru une distance totale de 12 kilomètres à travers quatre territoires communaux distincts. Fait remarquable, la trajectoire connaît une forte inflexion vers le Sud-Est à mi-parcours. Ce comportement, déjà observé dans des tornades de relief, pourrait être la conséquence d'un couloir naturel dans lequel le tourbillon semble s'être engouffré, entre deux buttes naturelles positionnées en bordure de la Vienne.

Les témoins de la tornade décrivent tous une masse tourbillonnante accompagnée de débris. Pour l'un d'eux, la tornade a présenté un aspect tellement menaçant qu'il a été contraint de se protéger au sous-sol avec sa famille. 

Les dommages sont significatifs et relèvent d'une intensité EF2 : couvertures de hangars enlevées et débris retrouvés à plusieurs centaines de mètres, un sapin de 15 mètres de hauteur déraciné, de nombreux arbres, parfois imposants, déracinés ou brisés, un hangar pulvérisé, plusieurs toitures d'habitation enlevées, une habitation éventrée à son extrémité (structure en pierre), un véhicule déplacé sur deux mètres, une remorque soulevée et déplacée sur 15 mètres environ, un poteau EDF couché.

Coupure de presse

La tornade d'Usseau a été fortement médiatisée. Voici un article de La Nouvelle République des 6 et 7 janvier 2001:

La tornade qui a frappé le nord du département jeudi après-midi a laissé de gros dégâts. Usseau a été la commune la plus touchée. Par miracle il n’y a aucune victime.

Au lendemain de la tornade qui a secoué certains lieux-dits à Usseau, Antran et Ingrandes, l’heure est au bilan. Semblant avoir agi par bonds de géant, épargnant on ne sait pourquoi certaines habitations, le gros coup de vent, pour employer un euphémisme, a laissé des traces spectaculaires sur place. La commune la plus touchée est sans contestation Usseau, au moins sa périphérie immédiate. Dans un rayon de quelques centaines de mètres, ce sont quatre propriétés qui ont été touchées, dont trois très sérieusement.

Des tôles dans les champs

La plus atteinte se trouve au lieu-dit « La Jardière », sur la route de Richelieu. La maison, appartenant à M. et Mme Dominique Aguillon. De l’autre côté de la route, dans le corps de bâtiment appartenant aux parents de Mme Aguillon, les dégâts sont beaucoup moins importants. Là, ce sont surtout des hangars qui ont été touchés ainsi que quelques arbres qui ont été coupés. Des morceaux de tôle de couverture sont éparpillés à travers les champs alentour, parfois à plusieurs centaines de mètres. «  J’ai retrouvé un gros bout de fibro enfoncé de vingt centimètres dans la terre », dit l’habitant des lieux, André Rimbault, qui a appris la catastrophe par un coup de fil alors qu’il dînait chez des amis à l’extérieur.

A 500 mètres à vol d’oiseau, la propriété de Michèle et Jean-Louis Bauplé est, elle aussi, sérieusement touchée. A l’entrée, un sapin de 15 mètres a été déterré par la violence du vent. Vendredi matin, les experts et les ouvriers étaient à pied d’œuvre pour évaluer les dégâts. « Heureusement, il n’y avait personne à l’intérieur », disait la propriétaire des lieux, qui souligne l’intervention rapide des pompiers et des artisans immédiatement après les événements. Certains murs bougent encore sous l’assaut du vent.
 
J’ai vu un cyclone arriver

A une centaine de mètres, au lieu-dit « La Vieille-Maison », la tornade a aussi laissé ses stigmates. Jean-Freddy et Michèle Ospelt, les propriétaires du coquet pavillon, ont vécu l’événement en direct. «  J’étais à la fenêtre, le vent commençait à souffler et j’ai vu des choses qui tournoyaient dans le ciel, dit Jean-Freddy. Puis j’ai vraiment vu un cyclone arriver vers la maison, comme à la télé. » Sa femme ajoute : «  J’ai pris ma fille, et on a filé au sous-sol. »

A l’extérieur, la voiture a été déplacée de deux mètres par le souffle. Le portail a été retrouvé éparpillé dans le champ voisin, sans compter la toiture en partie hors d’usage. «  Ca a bougé les murs et les quatre coins de la toiture ont été soulevés », souligne le propriétaire. Qui ajoute, un peu abattu devant l’étendue des réparations : «  J’ai cru comprendre que la tornade ne serait pas considérée comme catastrophe naturelle, car il n’y aurait pas assez de sinistrés ». Affaire à suivre.