Une tornade d'intensité modérée (EF2) touche la commune de Saint-Drézéry (Hérault) le 19 septembre 2000 vers 15h30 locales. Le phénomène, qui a été vu, a produit des dégâts matériels assez importants.

La tornade de Saint-Drézéry s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise 2 cas pour la journée du 19 septembre 2000, dont celui de Montpellier (Hérault).
 

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF2, soit des vents estimés entre 175 km/h et 220 km/h
* distance parcourue : 3 kilomètres
* largeur moyenne : 300 mètres

* commune traversée : SAINT-DRÉZÉRY
* département : HÉRAULT (34)
* altitude moyenne du terrain : 90 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu, vignobles, territoires agricoles

* principaux dégâts : habitations très endommagées: toitures enlevées, vitres brisées ; arbres de grande taille déracinés ou brisés net ; préfabriqué en métal fracassé contre un arbre ; toitures arrachées ; voitures et caravanes renversées ; serres d'une exploitation horticole anéanties ; chute de gravats en provenance du toit de l'église (pas plus d'informations)

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Localisation de la tornade

 
Principaux dégâts relevés lors de la tornade EF2 de Saint-Drézéry (Hérault) du 19 septembre 2000 
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Voitures et caravanes renversées

La tornade de Saint-Drézéry pourrait être liée à la tornade de Montpellier, mais cette hypothèse n'a jamais pu être confirmée faute de témoignages probants et d'un inventaire précis des dommages entre ces deux points.
 
Le cas, confirmé par un solide témoignage et par une enquête de terrain réalisée par Météo-France, permet d'attester d'un phénomène tourbillonnaire sur une distance de 3 kilomètres et une largeur moyenne de 300 mètres. En revanche, le détail de la trajectoire (sens de déplacement précis) n'a jamais pu être retrouvé, bien que l'on sache qu'une bonne partie du centre du village a été sinistrée (notamment l'église, l'école ainsi qu'une entreprise horticole).

Les dégâts sont importants et relèvent de l'intensité EF2 : habitations très endommagées: toitures enlevées, vitres brisées ; arbres de grande taille déracinés ou brisés net ; préfabriqué en métal fracassé contre un arbre ; toitures arrachées ; voitures et caravanes renversées ; serres d'une exploitation horticole anéanties ; chute de gravats en provenance du toit de l'église (pas plus d'informations)
 

Témoignage

Mickaël Cayla nous a livré le témoignage suivant au sujet de cette tornade: 
 
« Le 19 Septembre 2000, en cours d'après-midi vers les 15h (car on venait de rentrer dans la classe après le repas) à Saint Drézéry, voilà ce qui c'est passé :

Après quelques minutes de cours, je regardais par la fenêtre les nuages marins qui s'amoncelaient (et oui, j'aimais déjà la météo à l'époque). Une sorte de forme floue mais localisée semblait se former (je ne sais pas si elle arrivait où si elle se formait, je pense plutôt qu'elle se formait). Le professeur vit le phénomène et nous ordonna de nous mettre sous les tables, mais certains irréductibles gardaient les yeux ouverts et regardaient la scène à travers les vitres...

En l'espace de quelques secondes, la tornade arriva, elle cassa net le tronc d'un arbre sans le déraciner, elle fit tomber un cyprès sur la deuxième salle qui se juxtaposait à la mienne en faisant tomber un auvent fraîchement construit ; un préfabriqué en fer d'une taille assez importante alla aussi se fracasser contre les gros cyprès encore debout.

A vue de nez, la tornade devait être une grosse F2 sans toutefois atteindre F3 il me semble.

Bien sûr, nous fûmes évacués, et je constatais les dégâts sur Saint-Drézéry : toitures arrachées pour certains, arbres déracinés, grosses branches à terre,...

C'était terrifiant ; mais sur cet événement, seule la tornade me marqua. Il n’y avait pas de pluie, pas de ciel noir et menaçant : il était même plutôt assez clair, d'un blanc délavé tournant au bleu clair bizarre. Voilà mes souvenirs.

Plus tard, ma mère m'expliqua ce qui s'était passé à Montpellier quelques instants auparavant, une tornade également, mais avec de fortes pluie et un ciel bien noir m'affirmait-t-elle. »