Le 17 août 2004, vers 19h30 locales, une tornade de faible intensité (EF1) est observée au Parc Equestre Fédéral de Lamotte-Beuvron, dans le Loir-et-Cher. Le phénomène, qui été vu, endommage un tiers de la surface bâtie du centre équestre, avant de traverser la D 2020 et de se dissiper dans la forêt domaniale de Lamotte-Beuvron.
 
La tornade de Lamotte-Beuvron intervient dans une importante dégradation orageuse sur la France, à l'origine de précipitations meurtrières dans la basse vallée du Rhône.
  

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF1, soit des vents estimés entre 135 km/h et 175 km/h
* distance parcourue : 2,5 kilomètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : 200 mètres

* communes traversées : LAMOTTE-BEUVRON (Parc Equestre Fédéral), VOUZON (la Bonnerie, forêt domaniale de Lamotte-Beuvron)
* département : LOIR-ET-CHER (41)
* altitude moyenne du terrain : 120 mètres
* type de terrain : terres arables hors périmètres d'irrigation, forêts de feuillus, landes et broussailles

* principaux dégâts : arbres déracinés ou brisés net, dont des peupliers et des marronniers de grande taille ; arbres conifères sectionnés ; plusieurs boxes du centre hippique soufflés ; 10 000 m² de tôles de couvertures enlevés ; matériaux brisés et transportés jusqu'à 1 kilomètre de distance

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
  

Trajectoire de la tornade

 
Trajectoire de la tornade EF1 de Lamotte-Beuvron (Loir-et-Cher) du 17 août 2004
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Le parc équestre fortement endommagé

Selon les informations recueillies suite à l'événement, la tornade de Lamotte-Beuvron a parcouru une trajectoire de 2,5 kilomètres entre la rivière du Beuvron et la forêt domaniale de Lamotte-Beuvron, commune de Vouzon.
 
Sur un front de 200 mètres de largeur, le phénomène endommage notamment le centre équestre, où plusieurs centaines de boxes sont anéantis. Environ 10 000 m² de tôles de couverture sont arrachés et éparpillés à plusieurs centaines de mètres aux alentours. Certains débris sont même transportés à 1 kilomètre de distance. Plusieurs structures mobiles sont également endommagées ou détruites.

Dans son édition du 18 août 2004, le Journal de 20 heures (France 2) revient sur cette tornade. Les clichés ci-dessous montrent les dégâts provoqués sur le centre équestre :
 
Parc Equestre Fédéral de Lamotte-Beuvron - Couvertures en tôles arrachées. (c) Archives INA     Parc Equestre Fédéral de Lamotte-Beuvron - Aperçu de boxes endommagés. (c) Archives INA     Parc Equestre Fédéral de Lamotte-Beuvron - Muret renversé. (c) Archives INA
 
Après avoir traversé le centre équestre, la tornade traverse la route départementale 2020 et endommage la ferme de la Bonnerie, commune de Vouzon. Jean-Pierre Lecoeur, installé dans cette exploitation, évoque une colonne, un vent de poussière qui a fondu sur sa maison avec un vrombissement d'avion. La tornade arrache le toit d'un hangar à foin et déracine deux gros arbres près de la route départementale.
 
La tornade se serait dissipée à l'entrée de la forêt domaniale de Lamotte-Beuvron.
  

Une tornade fortement médiatisée

La tornade de Lamotte-Beuvron a fait l'objet d'une couverture médiatique importante. Voici un extrait du quotidien régional La Nouvelle République (édition du 19 août 2004) : 

Lamotte-Beuvron - La tornade écrase le centre équestre

Levé d’un coup vers 19h30, mardi soir, un mini cyclone a anéanti une large patrie des installations de la Fédération équestre et bloqué la RN 20 deux heures durant.

Reconstruire, réparer, se remettre debout au plus vite. Pascal Bioulac se projette et s’efforce de positiver. Entre deux appels téléphoniques le directeur du centre technique de la Fédération française d’équitation à Lamotte-Beuvron ventile les photos de la catastrophe. Derrière les baies vitrées zébrées par la pluie deux gros tracteurs tournent sans relâche, évacuant à chaque voyage des mètres cubes de gravats, de tôles et d’éléments de toiture vrillés par des forces que l’on imagine incommensurables. En quelques minutes la veille au soir une tornade s’est levée soudain au sud, depuis le fond du parc équestre, balayant, brassant et broyant tout sur son passage. Lancé avec une violence inouïe le souffle a laminé la quasi-totalité des installations avant de filer vers la RN 20 poussant sur près d’un kilomètre les matériaux brisés.

300 des 480 boxes couleur latérite ont été anéantis, plus de 10 000 m² de tôles de couverture se sont éparpillées sur des centaines de mètres alentour. Quelques unes restaient encore fichées hier soir au faîte de grands frênes. En périphérie du bâtiment principal de nombreux abris destinés ordinairement aux jurys des concours ont été retournés comme des cubes, arrachés de leurs fers à béton et aplatis pour certains.

Ces équipements mobiles pesant entre 1,5 tonne et 3 tonnes devaient être disposés dans les heures à venir autour des carrières. « Nous devions débuter demain jeudi les épreuves du Sologne Poney, l’une des compétitions les plus importantes de l’année pour les éleveurs et entraîneurs de poneys, précise Pascal Bioulac. Tout est annulé et nous avons dû renvoyer ce matin les premiers concurrents qui, soucieux de leurs montures avaient pris la précaution d’arriver avec un peu d’avance. »

Ce hit hippique est reporté à l’automne. Dans l’intervalle le gestionnaire doit dresser l’inventaire précis des dégâts, un premier passage d’experts est attendu ce vendredi matin, d’autres suivront, en parallèle tout le calendrier des activités du centre, « calé au millimètre d’une année sur l’autre » doit être repris, modifié, ajusté.

« Au moins, il n’y a pas eu de victimes » temporise le responsable.

« A 19h30 lorsque la tornade s’est déclenchée nos trente-cinq stagiaires et leurs encadrants se trouvaient au réfectoire, c’est une chance énorme. »

C’est aussi l’opinion de Jean-Pierre Lecoeur. Installé un kilomètre plus haut à La Bonnerie, l’éleveur de bestiaux de Vouzon a vu ce « vent de poussière » fondre sur sa maison en vrombissant comme un avion. Prise dans l’œil de ce mini cyclone une plaque métallique tournait à plusieurs dizaines de mètres de hauteur. « D’un coup la colonne a piqué sur mes hangars à foin arrachant le toit au passage puis j’ai entendu un double craquement. C’était deux grands arbres, un peuplier et un marronnier plantés par mon grand père de l’autre côté de la nationale qui venaient de céder. Ils sont tombés au milieu de la chaussée. Heureusement il n’y avait plus de voitures à cet instant mais il était impossible de passer. On a aussitôt appelé les secours. »

Très vite sur les lieux la gendarmerie de Lamotte épaulée par la brigade moto a balisé une déviation par Vouzon tandis que les services de l’équipement entreprenaient de dégager la voie.

Peu après 21h avant hier soir la situation était enfin rétablie. La tornade dans l’intervalle s’était évanouie dans les bois de Vouzon poussant un dernier effort de lourdes nuées au-dessus de Chaumont-sur-Tharonne. Inondés et pataugeant dans leurs bungalows une quinzaine de clients du Center Parc ont été relogés en hâte dans les hôtels de la région.