Dans la nuit du 11 août 2004, une trombe marine traverse l'île d'Houat (Morbihan) et dévaste un camping. Une personne est retrouvée morte après avoir été happée par le tourbillon et projetée contre une falaise. La tornade, classée EF2 sur l'échelle de Fujita améliorée, a également produit des dégâts importants dans le port Saint-Gildas.
  

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF2, soit des vents estimés entre 175 km/h et 220 km/h
* distance parcourue : 1 kilomètre (partie terrestre)
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée : ÎLE-D'HOUAT (Doar Segal, port Saint-Gildas)
* département : MORBIHAN (56)
* altitude moyenne du terrain : 25 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu, systèmes culturaux et parcellaires complexes, landes et broussailles

* principaux dégâts : bateaux et catamarans retournés, brisés ou coulés ; remorque de chantier d'environ 500 kg qui s'est envolée à plusieurs dizaines de mètres de hauteur ; personnes qui ont été projetées ou soulevées à 20 mètres ; une personne emportée et fracassée contre des rochers situés en contrebas d'un camping

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
  

Trajectoire de la tornade

 
Trajectoire de la tornade EF2 d'Ile-d'Houat (Morbihan) du 11 août 2004
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Une trombe marine meurtrière

La tornade de l'île d'Houat a fait l'objet d'une importante médiatisation, compte tenu de ses conséquences tragiques. Un camping a notamment été dévasté et plusieurs victimes soulevées par le tourbillon à plusieurs mètres de hauteur. Si plusieurs personnes ont été légèrement blessées, un jeune homme a en revanche trouvé la mort après s'être fracassé contre une falaise située en contrebas du camping.
 
Des dégâts importants ont également été reportés dans le port Saint-Gildas, où de nombreux bateaux (zodiacs, vedettes, voiliers, catamarans) ont été coulés ou détruits. La tornade, confirmée par des témoignages et par l'organisation des dégâts, a notamment soulevé à plusieurs dizaines de mètres de hauteur une remorque de chantier d'environ 500 kilos

Tornade EF2 d'Ile-d'Houat (Morbihan) le 11 août 2004 (c) - Archives TF1       Tornade EF2 d'Ile-d'Houat (Morbihan) le 11 août 2004 (c) - Archives France 3
© TF1
 

Coupure de presse

Voici un article du quotidien La Dépêche du Midi du 12 août 2004:

Ile de Houat. Une violente tempête « très localisée » a ravagé un camping insulaire.

Une mini-tornade s’est abattue hier matin sur la petite île bretonne d’Houat (Morbihan), causant la mort d’un homme de 29 ans, tombé d’une falaise, et dévastant un camping et de nombreux bateaux. L’homme « a voulu retenir sa tente qui s’envolait et il est tombé de la falaise, pour atterrir une dizaine de mètres plus bas », a expliqué le directeur de cabinet du préfet du Morbihan, Eric Tison.

« Son corps a été retrouvé en contrebas, avec ses affaires éparpillées ». Polytraumatisée, la victime est morte de ses blessures, ont précisé les pompiers.

Le secrétaire d’Etat aux Transports et à la Mer, François Goulard, a exprimé ses « sincères condoléances » à la famille du campeur, originaire d’Ille-et-Vilaine. La tornade a également fait huit blessés légers qui ont été transportés à l’hôpital de Vannes.

La tornade a ravagé le camping à 90%, estiment les pompiers. « Plusieurs personnes ont vraiment décollé du sol, parfois jusqu’à 20 mètres. Une jeune femme est retombée sur le sable, mais le jeune homme, lui, est tombé sur la falaise », expliquent les pompiers. Des personnes, enfermées dans leur tente, ont été traînées sur plusieurs mètres par le vent, a raconté un témoin.

317 sinistrés rapatriés

Selon la préfecture, 317 personnes sinistrées ont été rapatriées à la mi-journée par bateau vers Quiberon et Port-Navalo où des cellules d’accueil ont été mises en place. Elles ont souvent perdu tous leurs biens, leurs affaires, leurs tentes, leurs papiers. « Les cellules d’accueil sont chargées de les restaurer, enregistrer leur déclaration de perte, fournir des conseils administratifs, ainsi qu’une aide pour ceux qui n’avaient plus d’argent ou qui recherchaient un moyen de transport. Certains n’ont vraiment plus rien. La Croix-Rouge a été contactée pour leur procurer des vêtements. » Le camping a été entièrement évacué et interdit d’accès.

Les sinistrés traumatisés : « Des gens ont été traînés sur plusieurs mètres »

Les affaires des campeurs sont éparpillées un peu partout, les restes de tentes sont littéralement écrasés au sol… « La toile de tente s’est pliée, elle nous compressait avec le vent, on ne pouvait plus bouger. » Catherine Le Gagne, habitante de Rennes en vacances sur l’île de Houat (Morbihan), évoque avec angoisse la mini-tornade qui s’est abattue hier matin sur le camping.

« Dans la nuit, il y a eu des éclairs, de la pluie et du vent, et puis vers cinq heures du matin, le vent s’est renforcé. Il y en avait de plus en plus, plus ça allait et plus c’était fort », explique la vacancière. « On ne pouvait rien faire, on était impuissant », ajoute-t-elle. « On est resté couché dans la tente, je ne sais pas si c’était la solution, mais sortir était trop dangereux », reconnaît-elle.

Lorsqu’ils ont enfin pu quitter leur tente, Catherine et son ami ont constaté que « des gens avaient été traînés sur plusieurs mètres ».

« Tout à l’heure, on a retrouvé un enfant de 2 ans, vivant, enroulé dans une toile de tente. C’est une chance », se réjouit cependant Catherine.

Sur le trajet de la tornade, un zodiac a coulé, quatre vedettes se sont retournées, deux voiliers ont démâté et un catamaran s’est retourné. Un plaisancier de 80 ans, porté disparu à la suite du retournement de son bateau, a été retrouvé sain et sauf en fin de matinée. Violente tornade donc, mais le phénomène était « trop localisé pour être pisté et prévu », a expliqué Gérard Léry, chef du service de prévision marine à la station Météo-France de Brest-Guipavas (Finistère).