Une tornade de faible intensité (EF1) est observée sur le terrain du circuit Paul Armagnac de Nogaro (Gers) le 22 juin 1996 à 10h15 locales. Le phénomène, qui a provoqué quelques dégâts matériels, a surtout blessé cinq personnes et tué un chien happé par le tourbillon. Faute d'enquête de terrain, la trajectoire retenue pour cette tornade est de 1 kilomètre. 

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF1 soit des vents estimés entre 135 et 175 km/h
* distance parcourue : 1 kilomètre
* largeur moyenne : indéterminée

* communes traversées : CAUPENNE-d'ARMAGNAC (circuit automobile Paul Armagnac), NOGARO (circuit automobile Paul Armagnac, camping municipal, N 124)
* département : GERS (32)
* altitude moyenne du terrain : 95 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu, équipements sportifs et de loisirs

* principaux dégâts : la moitié d'une toiture en éverite d'un village-restaurant emportée; hélicoptère endommagé; chien retrouvé mort, happé par la tornade est propulsé sur un toit; personne ayant bondi à 3 mètres de hauteur en voulant retenir une bâche qui menaçait de s'envoler; pneus projetés à 20 mètres de hauteur

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 Cliquer sur la carte pour l'agrandir :
 
Trajectoire de la tornade EF1 de Nogaro (Gers) du 22 juin 1996. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 
Cette trajectoire a été établie en fonction des informations disponibles (coupures de presse, reconstitution du flux pour la journée du 22 juin 1996).
 

Une colonne d'air formée sur le circuit

La tornade de Nogaro s'est développée dans un flux de nord-ouest dépressionnaire, piloté par un vaste minimum présent sur le sud de la Scandinavie.
 
Le phénomène s'est constitué sur les pistes du circuit automobile Paul Armagnac : "D'un seul coup, tout est devenu flou. La poussière volait dans tous les sens, je ne comprenais pas ce qui se passait. J'ai d'abord cru que quelque chose avait explosé, avant de comprendre qu'il s'agissait d'une tornade. La colonne d'air faisait le tour de la piste en emportant tout sur son passage." (Sud-Ouest du 24 juin 1996).
 
La tornade poursuit sa route en traversant une partie des pistes et des bâtiments contigus : "Il était 10h15 samedi matin lorsque s'est produit le phénomène météorologique qui a blessé cinq personnes et provoqué de gros dégâts au restaurant des VIP. En quelques minutes, le ciel s'est obscurci, le vent s'est levé. Puis la tornade s'est formée au centre du circuit. Elle a ensuite parcouru plusieurs centaines de mètres en une dizaine de secondes, en soulevant des trombes de poussières, avant de venir détruire la moitié de toiture d'éverite du restaurant et de poursuivre sa route en direction du camping."
 
Après environ 700 mètres de trajectoire, la tornade survole le camping municipal, où elle tue un chien emporté avec une tente : "Au camping voisin la tornade a arraché plusieurs toiles. Le chien d'une famille de vacanciers venue passer le week-end à Nogaro, a été emporté en même temps que la tente à laquelle il était attaché. Il a été retrouvé mort, écrasé sur un toit, plusieurs dizaines de mètres plus loin." Aucun autre dégât n'est mentionné au-delà de ce point.
 
Le relevé des différents dommages permet de conclure sur une tornade d'intensité EF1 : la moitié d'une toiture en éverite d'un village-restaurant emportée; hélicoptère endommagé; chien retrouvé mort, happé par la tornade est propulsé sur un toit; personne ayant bondi à 3 mètres de hauteur en voulant retenir une bâche qui menaçait de s'envoler; pneus projetés à 20 mètres de hauteur.
 
Au final, la tornade de Nogaro n'a blessé que cinq personnes. Le bilan aurait pu être beaucoup plus lourd si une course avait été organisée le jour du phénomène.
  
 
* * *
 
Dans son édition du 24 juin 1996, le quotidien régional Sud-Ouest évoque la tornade de Nogaro, et revient notamment sur les dégâts occasionnés sur le circuit. En voici un extrait :
 
Une tornade s'abat sur le circuit

Cinq blessés, une toiture arrachée, un hélicoptère endommagé. La tornade qui s'est abattue samedi matin sur le circuit de Nogaro fut brève mais d'une grande intensité

Environ 500 m² de toiture ont été soulevés par la colonne d'air et projetés quelques dizaines de mètres plus loin, au niveau du double virage qui précède la ligne départ (double courbe Claude Storez). Le traiteur Dany Cuny, qui organisait en cuisine le repas du midi, à l'occasion du Grand Prix camion, a été soulevé du sol, à environ trois mètres de hauteur, en tentant de retenir une bâche qui menaçait de s'envoler. Il s'est blessé en retombant sur le sol. Il souffre d'un traumatisme à l'épaule, de ligaments arrachés et a dû être transporté par les pompiers de Nogaro à l'hôpital de Mont-de-Marsan, il a pu toutefois regagner son domicile girondin hier. Son chef cuisinier, Christophe Fradet, deux autres employés du restaurant et des commissaires de course ont été plus légèrement atteints.

Ils ont pu être soignés sur place. Les 160 couverts dressés sur les tables ont été balayés par le souffle. Les tables et les chaises ont volé et après la tornade, on ne distinguait plus dans le restaurant qu'un amoncellement chaotique de chaises, de nappes et de tables. A l'extérieur, un hélicoptère de la gendarmerie nationale a été endommagé par des morceaux d'éverite qui se sont littéralement plantés dans la carrosserie.