Une tornade d'intensité modérée (EF2) traverse une partie du M.I.N de Lille (commune associée de Lomme) (Nord) le 17 mai 1994 à 21h10 locales. Le tourbillon, qui blesse deux personnes, endommage plusieurs entreprises et renverse des véhicules.
 

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF2, soit des vents estimés entre 175 km/h et 220 km/h
* distance parcourue : 1,8 kilomètre
* largeur moyenne : 50 mètres

* communes traversées : SEQUEDIN (Zone Commerciale), LILLE (commune associée de LOMME) (M.I.N-Z.A.M.I.N, la Délivrance)
* département : NORD (59)
* altitude moyenne du terrain : 35 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu, zones industrielles et commerciales, terres arables hors périmètres d'irrigation

* principaux dégâts : camionnette renversée; toitures d'habitation endommagées (>20%); arbres décapités; toitures d'entrepôt arrachées ou entrepôts béants; semi-remorque de 40 tonnes renversé; poids lourds couchés sur le flanc; tôles arrachées; cloisons effondrées

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 
Trajectoire de la tornade EF2 de Lomme (Nord) du 17 mai 1994. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 
 

Des véhicules renversés ou couchés

Une enquête de terrain, menée par François Paul (Climat-Energie-Environnement), permet d'attester d'un phénomène tourbillonnaire sur une trajectoire totale de 1,8 kilomètre et un couloir parfaitement délimité de 50 mètres. Le phénomène, après avoir traversé une partie d'une zone commerciale et le M.I.N de Lomme, s'est dissipé dans le quartier de la Délivrance, après avoir endommagé quelques habitations. L'enquête s'appuie également d'un témoin visuel, qui a parfaitement vu la tornade et comparé le bruit à "celui d'un train qui déraille".
 
La tornade de Lomme a été ressentie de nombreux autres témoins : "C’était comme à la télé. Je n'ai jamais vu ça", raconte un gardien du MIN, qui regardait le film du soir. "Le ciel s'est noirci. La toiture d'en face s'est envolée", reprend un employé de la société "Delta Diffusion" (distribution de tracts). "Ca bourdonnait à l'intérieur des bâtiments", poursuit-il en poussant un chariot au milieu d'un désordre indescriptible. Les deux cloisons se sont effondrées sous l'effet du vent. Les bureaux sont saccagés, les vitres brisées. "C'était comme une nuée de papillons. Il y avait des tôles ondulées qui volaient ! " relate une riveraine de la rue Montesquieu, où sept maisons ont été endommagées. Elle s'est réfugiée avec sa famille dans la cave : "J'ai connu les bombardements. " Une tôle d'une dizaine de mètres déformée par le vent a atterri dans son jardin." (Nord-Eclair du 18 juin 1994).
 
Les dégâts, qui relèvent d'une intensité EF2, sont importants en plusieurs points de la zone commerciale : camionnette renversée, toitures d'habitation endommagées (>20%), arbres décapités, toiture béante et murs effondrés sur un vaste entrepôt de 1500 , semi-remorque de 40 tonnes renversé, poids lourd couché sur le flanc, tôles arrachées, cloisons effondrées.

Deux blessés sont à déplorer pour cette tornade.
 
* * *
 
Le quotidien régional La Voix du Nord fait également mention de la tornade de Lomme dans son édition du 18 mai 1994:
 
Une tornade nocturne dévaste le MIN et provoque d'énormes dégâts matériels

Hier soir, le MIN, le ZAMIN de Lomme ont été le théâtre d'une tornade aussi brève que violente. Cela s'est passé entre 21h et 21h15. Le ciel est soudainement devenu noir et la tornade s'est déchaînée sur un périmètre circonscrit, semblait-il hier soir, à la zone commerciale implantée sur le territoire lommois. Après le cataclysme, la pluie s'est mise à tomber et le ballet des voitures de secours - sapeurs-pompiers, policiers, équipes du SAMU - donnait une vision particulièrement lugubre, à la lumière blafarde des gyrophares. Plus sinistre encore le spectacle de désolation des toitures arrachées, des tôles suppliciées, des enchevêtrements de palettes, des arbres fauchés... Un spectacle de cauchemar.

A Delta Diffusion, un vaste bâtiment de quelque 1500 mètres carrés, toiture béante et murs effondrés. Au moment de la tornade, une trentaine d'hommes et de femmes y travaillaient encore. L'un des responsables des lieux évoquait hier soir le "sentiment de panique intérieure" qui s'est emparé de tous dans cette tourmente dont la durée n'a pas excédé, selon les témoignages, quelques dizaines de secondes, après que le ciel se fut brusquement chargé de menaces. Si plusieurs des employés de cette entreprise ont été blessés, ils ne l'ont été que superficiellement. Et vers 23h20, les renseignements émanant du véhicule-poste de commandement installé sur place laissaient penser que le pire avait été évité partout ailleurs. Il semblait même qu'aucune personne n'ait été sérieusement blessée.

A quelques centaines de mètres de Delta Diffusion, l'immense entrepôt de Match avait été, lui aussi, très durement malmené, avec son toit béant sur des dizaines de mètres carrés, ses murs de tôle bizarrement déformés. Tout autour, des arbres suppliciés, abattus, sortis de terre comme simples fétus... Un camion qui se trouvait à quai pour être chargé le lendemain matin s'était couché sur le flanc, avec son chauffeur qui dormait dans la cabine. Ce dernier s'en est sorti indemne. A l'heure du sinistre, l'entrepôt était entièrement vide et parmi les équipes de secours - pompiers et policiers - on n'osait imaginer une pareille catastrophe en pleine journée d'activité...

Sur la zone commerciale proprement dite, la tornade avait également accompli sa triste besogne, dans des proportions moindres, semblerait-il. Il faut cependant mentionner le chapiteau éventré de Conforama ou les tentes d'exposition d'Intersport, déplacées de plusieurs centaines de mètres...

Hier soir, les forces de polices et les éléments des casernes de pompiers de Lomme, Lille-Littré, Lille-Bouvines et Haubourdin étaient bien trop occupées sur le terrain pour qu'il soit possible de dresser le bilan - même approximatif - de la tornade. Mais de ce que la nuit laissait percevoir, il apparaissait d'ores et déjà que l'"addition" à payer sera considérable.