Une tornade de faible intensité (EF1) frappe Lavérune (Hérault) le 18 octobre 1999 en début de matinée. Le phénomène s'est dissipé après le château de l'Engarran.

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF1, soit des vents estimés entre 135 km/h et 175 km/h
* distance parcourue : 3 kilomètres
* largeur moyenne : 30 mètres

* commune traversée : LAVÉRUNE (le Tourtourel, village, château de l'Engarran)
* département : HERAULT (34)
* altitude moyenne du terrain : 30 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu, vignobles, terres arables hors périmètres d'irrigation, autres territoires agricoles

* principaux dégâts : grosses branches cassées; arbres couchés; 65 toitures endommagées, dont l'une éventrée; abri de jardin réduit en miettes; tuiles surplombant la cave du château de l'Engarran aspirées; abri de jardin retrouvé à 100 mètres

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 
Trajectoire de la tornade EF1 de Lavérune (Hérault) du 18 octobre 1999. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Dégâts entre ville et vignobles

D'après les informations recueillies dans la presse locale, la tornade de Lavérune a pris naissance au Tourtourel, pour se dissiper au château de l'Engarran, après avoir traversé l'est de la commune. Une trajectoire de 3 kilomètres peut donc être retenue pour cet événement, même si elle pourrait être supérieure puisqu'aucune reconnaissance de terrain n'a été effectuée.
 
Le phénomène a été ressenti par plusieurs habitants : "Ma femme allait sortir pour emmener les enfants à l’école. Quand elle a vu ça elle s’est plaquée au sol et a attendu. Ca a duré deux ou trois minutes pas plus" rapporte un habitant de la rue des Lauriers. "C’était un cyclone, comme on en voit à la télé" ajoute un voisin. "C’était de la folie furieuse. En moins d’une minute, le ciel est devenu noir, il y a eu de la pluie et du vent. J’ai voulu fermer la porte de la cave mais j’ai été plaqué par une rafale" raconte Pascal Glas, le chef de culture du domaine. "Le metteur en bouteille a été emporté par le vent sur plusieurs mètres avant de trouver refuge sous les foudres. J’ai eu l’impression de voir une soufflerie" (Midi Libre du 19 octobre 1999).
 
Les dégâts, caractéristiques d'une tornade d'intensité EF1, sont les suivants : grosses branches cassées, arbres couchés, 65 toitures endommagées, dont l'une éventrée, abri de jardin réduit en miettes, tuiles surplombant la cave du château de l'Engarran aspirées, abri de jardin retrouvé à 100 mètres.
 
 
* * *
 
Le quotidien régional Midi Libre fait part de la tornade de Lavérune dans son édition du 19 octobre 1999:
 
Lavérune : «  Deux minutes de folie furieuse »

Entre 8h40 et 8h50 c’est une véritable tornade qui s’est abattue sur Lavérune. Plus de soixante maisons ou bâtiments ont été endommagés par des vents tourbillonnants très violents. Le cyclone, très localisé, n’a pas fait de victime mais les dégâts sont considérables.

Subitement, les toits se sont mis à bouger, les branches à voler tandis qu’une pluie de tuiles folles se fracassait au sol… Le vent s’est engouffré dans les brèches, par les fenêtres, dévastant les intérieurs et les garages.

Hier matin, les habitants du lotissement du Jeu-de-Mail, à Lavérune, ont essuyé une véritable tornade. Quelques minutes de cauchemar, entre 8h40 et 8h50, et le souvenir d’une «  peur bleue » que les familles ne sont pas près d’oublier. « Ma femme allait sortir pour emmener les enfants à l’école. Quand elle a vu ça elle s’est plaquée au sol et a attendu. Ca a duré deux ou trois minutes pas plus » rapporte un habitant de la rue des Lauriers. « C’était un cyclone, comme on en voit à la télé » ajoute un voisin.

Charpentes mises à nu, rues recouvertes des éclats de tuiles de salons de jardins et de pots de fleurs… dans ce nouveau lotissement aménagé il y a à peine deux ans, une trentaine de villas portent les marques du sinistre.

Dans l’avenue de la Mosson, à l’entrée du village, les branches de platanes sont tombées sur une partie de la chaussée. Une poutre de bois qui soutenait une véranda a été propulsée contre un muret, à cent cinquante mètres de distance. « Un voisin a retrouvé son abri de jardin à cent mètres de chez lui, et en miettes » assure une habitante de la rue voisine. Hier soir, le maire de la commune, Roger Caizergues, estimait que le Jeu-de-Mail était « le secteur le plus touché ». Au total, la cellule mise en place à l’Hôtel de ville a recensé 65 habitations touchées à des degrés divers par la tornade. L’inventaire des dégâts, lancé en fin de matinée a permis de reconstituer assez précisément le passage de la tornade.

Au sud du village c’est d’abord la pépinière Pivot qui a subi les premiers assauts dévastateurs. Les vents se sont ensuite dirigés vers le nord est du village, sur une bande d’une trentaine de mètres de large, traçant derrière eux une étonnante frontière entre toitures saccagées d’un côté et maisons intactes de l’autre. « C’est incroyable, j’habite à quelques mètres du lotissement et je n’ai rien entendu, chez moi, il n’y a rien » confie une retraitée.

« D’après les renseignements que nous avons, la tornade a pris fin après le château de l’Engarran » poursuit Roger Caizergues. Dans ce domaine viticole, en bordure de la petite route de Juvignac, les dégâts sont malheureusement tout aussi considérables.
 
 
NB : Ce cas a pu être documenté grâce à une collaboration entre Keraunos, François Paul (Climat-Energie-Environnement) et Jean Dessens (Anelfa).