Une tornade d'intensité modérée (EF2) traverse la commune de Laigné (Mayenne) le 9 août 1994 dans l'après-midi. Le tourbillon provoque des dégâts assez importants au sein de la commune. Faute d'enquête de terrain, on ignore si la tornade s'est propagée au-delà de Laigné.

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF2, soit des vents estimés entre 175 km/h et 220 km/h
* distance parcourue : indéterminée
* largeur moyenne : 100 mètres

* commune traversée : LAIGNÉ
* département : MAYENNE (53)
* altitude moyenne du terrain : 65 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu

* principaux dégâts : arbres décapités (nature non précisée); toitures arrachées avec projection de charpentes; effondrement d'un garage (parpaings et tôles) dont la toiture a été emportée à distance; projection d'ardoises sur les murs des habitations

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 
Trajectoire de la tornade EF2 de Laigné (Mayenne) du 9 août 1994. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Du double vitrage vole en éclats

La tornade de Laigné, que certains comparent à juste titre avec celle de Saint-Denis-d'Anjou survenue le 6 octobre 1993, a été ressentie par de nombreux témoins : "J'étais dans mon bureau en train de dresser un devis pour un client. Tout à coup il a fait comme nuit, il devait être 17h. Et puis soudain, le vent s'est mis à souffler. Tout est parti, tout s'est envolé... ". Georges Brielles n'en revient pas, son garage est purement et simplement détruit. 400 m² jonchés de gravats. "C'est inexplicable. On croit toujours que ce genre de choses n'arrive qu'aux autres. Quand nous avons senti la violence du vent, au début de la tornade, nous nous sommes réfugiés dans le bureau. La vitrine a volée en éclats... du double-vitrage!, elle a explosé, traversée par un madrier emportée par le vent. On ne peut pas dire combien de temps cela a duré, peut-être 30 secondes... mais ça a paru très long..." [...] "A ce moment, j'étais en consultation, raconte Bernard Laurent. On s'attendait à l'orage, l'atmosphère était lourde et le vent chaud. Les ardoises se sont mises à voler, à rentrer dans la pièce par la fenêtre ouverte. On se sent léger d'un seul coup... surtout quand on voit des poutres de plus de 100 kilos voler de part en part..." (Ouest-France du 11 août 1994).
 
La tornade, qui a provoqué des dégâts sur une bande de terrain de 100 mètres de large, est caractérisée par de nombreux phénomènes d'aspiration et de projections à distance. Un toit en tôles d'un garage a notamment été arraché et déposé à distance. Du double-vitrage a également explosé, traversé par un madrier emporté par le souffle. Dans une habitation, des ardoises ont pénétré par une fenêtre ouverte et des poutres de 100 kg ont volé de part en part. Ailleurs dans la commune, des pylônes électriques ont été couchés par le vent, et des morceaux de toitures éparpillés aux alentours. Ces dégâts relèvent d'une intensité EF2
 
La tornade de Laigné, qui n'a blessé personne, n'a pas fait l'objet d'une reconnaissance de terrain. La trajectoire apparaît donc indéterminée à ce jour.
 
 
* * *
 
Le quotidien régional L'Indépendant consacre un article sur la tornade de Laigné dans son édition du 13 août 1994:
 
Un orage accompagné d'une tornade a provoqué d'importants dégâts, mardi en fin d'après-midi dans le bourg de Laigné où un garage a été détruit.

Il était aux environs de 17h10 quand sous un ciel anthracite les éléments se sont déchaînés pendant près d'une minute sur un secteur limité (300 m de long sur 100 m de large). Une minute d'une extrême violence qui a littéralement soufflé l'atelier de 400 m² du garage Brielles et provoqué des dégâts à la station service, au cabinet médical ainsi qu'à une quinzaine d'habitations.

Vitres et vitrines brisées, voitures écrasées, morceaux de toitures et fils électriques arrachés, cheminées écroulées, arbres décapités... on aurait dit qu'une bombe venait d'exploser au cœur de Laigné.

Fort heureusement (et cela tient du miracle quand on voit avec quelle force le vent a ravagé ce quartier) aucune personne n'a été blessée. Tout le monde (et notamment les employés du garage) a pu se protéger en catastrophe et il le fallait car une vitrine de la station service a explosé sous le choc des différents projectiles propulsés par le vent. Les impacts des ardoises sur les murs sont là pour attester de la violence du phénomène assez similaire à celui qui s'était produit voilà quelques mois à Saint-Denis-d'Anjou.

 
NB : Ce cas a pu être documenté grâce à une collaboration entre Keraunos, François Paul (Climat-Energie-Environnement) et Jean Dessens (Anelfa).