Une tornade de très faible intensité (EF0) touche la commune de Castelnau-de-Guers (Hérault) le 23 octobre 1990 en matinée. Le phénomène provoque de faibles dégâts. Faute d'enquête de terrain sur ce cas, la trajectoire exacte n'a pu être définie.
 
La tornade de Castelnau-de-Guers s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise 3 cas pour la journée du 23 octobre 1990, dont celui de Marseillan (Hérault) et de Nébian (Hérault).
 

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF0 soit des vents estimés entre 105 et 135 km/h
* distance parcourue : indéterminée
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée : CASTELNAU-DE-GUERS
* département : HÉRAULT (34)
* altitude moyenne du terrain : 25 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu, vignobles

* principaux dégâts : tuiles des maisons arrachées (proportion non connue); stèles renversées par des chutes de cyprès; cyprès abattus

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 
Trajectoire exacte non définie
 
 

Une tornade de faible largeur

La tornade de Castelnau-de-Guers, qui s'est manifestée vers 10h30 locales, pourrait s'être développée en marge d'une structure orageuse principale qui serait à l'origine de la tornade EF3 de Marseillan et de la tornade EF1 de Nébian, survenues plus à l'est.
 
Selon le maire de cette commune, "le phénomène a duré quelques secondes : tout a tremblé, les objets et l'eau ont été aspirés, les tuiles soulevées, et la largeur n'excédait pas 15 mètres". D'après le Midi-Libre, "Les cyprès ont été abattus sur les tombes, les stèles renversées, tandis que les tuiles des maisons voisines étaient arrachées et emportées par le souffle". Ce type de dommages relève de l'échelon EF0.
 
D'après d'autres informations recueillies dans la presse locale, un témoignage fait état d'un phénomènes tourbillonnaires à Florensac, commune située au SSE de Castelnau-de-Guers : "Vers midi et demi, alors que nous étions nous mêmes sur la route de Pomerols derrière un camion de pompiers de Florensac sur un passage de route inondée, suivis par une voiture de reportage de la télévision régionale, une "trombe" se forma, déchiquetant littéralement un arbre en bord de vigne et emportant dans son tourbillon des objets arrachés de terre."  L'horaire communiqué ne permet toutefois pas de relier cet événement à celui de Castelnau-de-Guers. La trajectoire de la tornade de Castelnau-de-Guers apparaît donc indéterminée à ce jour.
 

Un outbreak héraultais remarquable

Les 22 et 23 octobre 1990, une dégradation pluvio-orageuse affecte la région Languedoc-Roussillon, et notamment les départements de l'Aude et de l'Hérault. Un vaste thalweg, isolé en goutte froide sur le Portugal puis sur le Pays Basque, fait circuler un flux de sud-sud-est instable sur les côtes méditerranéennes françaises.

Le 23 octobre, de nombreux phénomènes venteux destructeurs sont observés sur le département de l'Hérault, et plus particulièrement sur un axe Marseillan-Plage - Clermont-l'Hérault entre 9h15 locales et 10h15 locales, où deux tornades distinctes (EF3 de Marseillan et EF1 de Nébian) sont observées. Selon toute vraisemblance, le même système orageux serait à l'origine des deux phénomènes. En marge de cet axe, une troisième tornade EF0 est observée à Castelnau-de-Guers à 10h30 locales.
 
La synthèse de cet épisode tornadique est reprise dans la carte suivante:
 
Outbreak du 23 octobre 1990 dans l'Hérault - Synthèse des phénomènes venteux et trajectoires supposées. © Keraunos (fond de carte : Images Google)
© Keraunos (fond de carte : Images Google)
 
 
Cet oubtreak remarquable (trois tornades dans un même département) a fait l'objet d'une publication détaillée par Jean Dessens. Le rapport résume notamment la situation météorologique ainsi que les phénomènes observés et leur intensité. Un rappel est également effectué sur les tornades en France, et plus particulièrement sur le département de l'Hérault.
 
 
NB : Ce cas a pu être documenté grâce à une collaboration entre Keraunos, François Paul (Climat-Energie-Environnement) et Jean Dessens (Anelfa).