Une tornade de faible intensité (haut de l'échelon EF1) est observée dans plusieurs communes du département du Gers le 25 avril 1993 vers 16h30 locales. Le phénomène a fait l'objet d'une publication dans la revue La Météorologie (8e série, n° 7, Décembre 1993, pages 78-82) par le Centre départemental de la météorologie du Lot-et-Garonne.

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF1, soit des vents estimés entre 135 km/h et 175 km/h
* distance parcourue : 13 kilomètres
* largeur moyenne : indéterminée

* communes traversées : BEAUCAIRE (centre), CASSAIGNE (centre), LARRESSINGLE (la Tuilerie)
* département : GERS (32)
* altitude moyenne du terrain : 120 mètres
* type de terrain : terres arables hors périmètres d'irrigation, vignobles, prairies, systèmes culturaux et parcellaires complexes

* principaux dégâts : toitures partiellement arrachées; arbres déracinés (chênes centenaires); sapins abattus; observations de débris de tôles et de tuiles dans le ciel

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 
Trajectoire de la tornade EF1 de Beaucaire (Gers) du 25 avril 1993. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Une tornade vue de nombreux témoins

La tornade de Beaucaire, qui a parcouru une distance de 13 kilomètres selon une orientation SSE-NNO, a été vue de nombreux témoins. Le récit suivant est emprunté à la revue La Météorologie (8e série, n° 7, Décembre 1993, pages 78-82) : "Le dimanche 25 avril 1993, entre 16h et 16h30 locales, monsieur Serge Duthil, observateur climatologique bénévole de Nérac, découvre plein sud une trombe en formation sous un cumulonimbus. Ce phénomène, rarement observé (son père, ancien observateur, en avait vu une il y a une trentaine d'années), dure près de trente minutes. Son déplacement est lent : « La trombe s'allonge et se raccourcit plusieurs fois tout en zigzaguant », nous déclare-t-il, estimant sa distance à trente kilomètres environ."
 
Le phénomène, accompagné de grêle, a produit des dégâts matériels assez importants : toitures partiellement arrachées; arbres déracinés (chênes centenaires); sapins abattus; observations de débris de tôles dans le ciel. Selon certains témoins, des tuiles auraient été observées à 25 mètres de hauteur, mais ce fait n'a pu être vérifié.
 
La tornade de Beaucaire s'est développée en bordure nord-est d'une goutte froide centrée sur l'Espagne. A l'avant, un flux de sud-sud-est chaud et instable remonte d'Afrique du Nord et provoque une dégradation orageuse généralisée dans les régions méridionales.
 
 
* * *
 
Le quotidien régional La Dépêche du Midi évoque la tornade dans son édition du 27 avril 1993:
 
Mini-tornade en Ténarèze

Dégâts parfois importants

La mini-tornade qui s'est abattue, dimanche vers 16h 30, entre Montréal et Beaucaire a causé des dégâts plus ou moins importants. Selon Météo-France, c'est un système orageux avec un vent de sud-est soufflant vers le nord-ouest, formé entre Auch, Fleurance et Valence, qui aurait provoqué ce que les spécialistes appellent en fait une trombe. Malgré un diamètre assez réduit, une dizaine de mètres, sa très grande intensité possède un pouvoir dévastateur lorsqu'elle se décharge de son eau et provoque de fortes rafales de vent.

En témoignent à Beaucaire, qui en fut le centre, des tuiles qui selon les témoins volaient à 25 m de hauteur. Très spectaculaire aussi, les chênes centenaires déracinés comme des arbrisseaux. Au lieu dit "La Tuilerie" à Larressingle, Mme Saint-Loubert a découvert en rentrant chez elle un triste spectacle. Des sapins en travers de la route, une partie de la toiture de sa maison disséminée et un enchevêtrement de branches qui lui firent froid dans le dos.

A Cassaigne, le maire a déposé, hier, à la préfecture, une demande pour classer la localité en commune sinistrée. De nombreuses toitures et cheminées ont été endommagées comme à l'église, à la mairie ou à l'école. Privée d'électricité dimanche, la moitié du village n'avait pas d'électricité hier.

Cette trombe s'est aussi accompagnée de grêle par endroits. A Larroque-sur-l'Osse, de petites parcelles de plants précoces ont été détruites à 80 %.

La grêle, en ce dimanche, a également frappé les communes de Dému et Lagraulas où les vignobles ont particulièrement souffert.

Hier soir, c'est sur Auch qu'un orage s'est formé et a donné de très fortes précipitations d'eau sur Lahitte, Nougaroulet et Marsan où à certains endroits l'eau a fortement raviné les pentes mises en culture. A Montégut, la route a été coupée par la boue.
 
 
NB : Ce cas a pu être documenté grâce à une collaboration entre Keraunos, François Paul (Climat-Energie-Environnement) et Jean Dessens (Anelfa).