Le 25 décembre 1985, vers 14h30 locales, une tornade de faible intensité (EF1) traverse le bourg de Pontlevoy (Loir-et-Cher). Les dégâts sont concentrés au nord de la commune. Faute d'enquête de terrain, une distance minimale d'un kilomètre est reconnue à ce jour.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Pontlevoy (41) du 25 décembre 1985* intensité maximale : EF1, soit des vents estimés entre 135 km/h et 175 km/h
* distance parcourue : 1 kilomètre (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : 100 mètres

* commune traversée : PONTLEVOY (rue des Fourneaux, rue des Petits Pas, rue Auguste Poulain, rue de la Belle Etoile, rue de la Croix Rouge)
* département : LOIR-ET-CHER (41)
* altitude moyenne du terrain : 100 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, territoires agricoles

* principaux dégâts : arbres couchés; vitres brisées; toitures endommagées (tuiles envolées); constructions légères soufflées

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 
Trajectoire de la tornade EF1 de Pontlevoy (Loir-et-Cher) du 25 décembre 1985. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)
© Keraunos (fond de carte : Géoportail
 

Des branches d'arbres soulevées à la verticale

La tornade de Pontlevoy s'est déroulée dans un flux de sud-ouest instable et dépressionnaire, piloté par un minimum centré sur le sud-ouest des Iles Britanniques.
 
Le phénomène a pu être reconstitué dans la commune grâce à l'inventaire des dégâts repris dans le quotidien La Nouvelle République, dans son édition du 26 décembre 1985. Les rues des Fourneaux, des Petits Pas, Auguste Poulain, de la Belle Etoile et de la Croix Rouge, orientées selon un axe Sud-Ouest / Nord-Est, ont subi des dégâts sur une largeur d'environ 100 mètres. Une habitante de la rue Auguste Poulain livre d'ailleurs le témoignage suivant : "J'étais dans mon salon avec des amis et nous regardions dans le jardin par la porte-fenêtre. D'un seul coup, nous avons vu les branches du saule-pleureur se soulever à la verticale. Des tôles et des tuiles se sont mises à voler. Il y a eu comme une déflagration. Une vitre a éclaté et une sorte de boule de feu est passée entre ma femme et mon petit-fils..."
 
Selon les informations recueillies dans l'article, la tornade serait arrivée par le nord en se déplaçant vers l'ouest. Cette trajectoire, en contradiction avec le flux et l'orientation réelle du couloir de dégâts, pourrait être liée à une mauvaise perception de l'espace par des habitants encore sous le choc. La tornade a en réalité parcouru une trajectoire Sud-Ouest / Nord-Est
 
Parmi les dégâts recensés sur les habitations, les pompiers constatent des antennes de télévision arrachées, des toitures soulevées, des constructions légères soufflées. Au niveau de la végétation, des arbres se sont couchés, arrachant au passage des câbles électriques et téléphoniques. Ces dégâts sont ceux d'une tornade d'intensité EF1.
 
Aucun blessé direct n'est à déplorer suite à cette tornade, même si un sapeur-pompier s'est blessé en chutant d'un toit : "Un groupe électrogène amené de Blois a permis aux sauveteurs de poursuivre leur tâche après la tombée de la nuit. Leur efficacité a permis de mettre tout le monde à l'abri rapidement et d'éviter que des évacuations soient nécessaires. On n'a eu à déplorer finalement qu'un blessé : Jean-Claude Joulin, 35 ans, sapeur-pompier volontaire au centre de secours de Montrichard, a fait une chute de plus de cinq mètres en procédant au bâchage d'une toiture. Transporté au centre hospitalier de Blois, il souffrait des côtes, mais son état ne paraissait toutefois pas alarmant."

Il est à noter qu'un autre phénomène venteux a touché la commune de Cour-Cheverny durant ce même après-midi. Les dégâts, moins importants, ne peuvent toutefois pas être associés à la tornade de Pontlevoy, faute d'enquête de terrain. La trajectoire pour la tornade de Pontlevoy est donc limitée à 1 kilomètre sur la base des informations actuelles.
 
 
NB : Ce cas a pu être documenté grâce à une collaboration entre Keraunos, François Paul (Climat-Energie-Environnement) et Jean Dessens (Anelfa).