Une tornade de faible intensité (EF1) est observée à Matha (Charente-Maritime) le 3 juillet 1975, vers 19h00 locales. Le phénomène, relayé dans la presse locale, est confirmé par un témoignage qui a permis de reconstituer une trajectoire approximative. La distance réelle parcourue par la tornade n'est toutefois pas connue faute d'enquête de terrain.
 
Il est à noter que la tornade de Matha a précédé d'autres orages destructeurs en Charente-Maritime, notamment sur l'île de Ré où de gros grêlons, mêlés à de fortes pluies, ont été observés.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Matha (17) du 3 juillet 1975* intensité maximale : EF1, soit des vents estimés de 135 km/h à 175 km/h
* distance parcourue : 1,5 kilomètre (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : 50 mètres (largeur moyenne retenue à ce jour)

* commune traversée : MATHA (le Grand Lopin, cimetière de Saint-Hérie, centre scolaire)
* département : CHARENTE-MARITIME (17)
* altitude moyenne du terrain : 40 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, territoires agricoles (vignobles)

* principaux dégâts : maisons endommagées, arbres déracinés (nature non précisée), poids lourd renversé, pierres tombales descellées, tombeaux mis à découvert, champs de blé et vignes couchés
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Parcours de la tornade

 
Trajectoire de la tornade EF1 de Matha (Charente-Maritime) du 3 juillet 1975. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 
Cette trajectoire approximative a été établie en fonction des informations disponibles (témoignage, coupure de presse, reconstitution du flux pour la journée du 3 juillet 1975).
 

Un "cône renversé"

La tornade de Matha a traversé la commune trois heures seulement après le passage du peloton du Tour de France sur la route d'Angoulême, qui a été touchée (un poids lourd a été renversé par la tornade).

Selon une trajectoire du Sud/Sud-Ouest au Nord/Nord-Est, la tornade a traversé la moitié Est de la commune, sur une distance de 1,5 kilomètre et une largeur qui peut être évaluée autour de 50 mètres. Faute d'enquête de terrain approfondie, la trajectoire réelle parcourue par le tourbillon pourrait être supérieure.

La tornade de Matha, qui a surtout endommagé le cimetière, a notamment abattu des pierres tombales qui ont été descellées par le souffle.
 
Le témoignage suivant de Raoul Tirat, recueilli par François Paul en 2004, est très explicite :

« Cône renversé, avec une liaison entre le nuage et la terre. Des objets assez lourds tournoyaient dans l’air. Des arbres ont été tordus par le vent. Des cheminées ont été enlevées. La largeur de la bande qui a subi des dégâts est d’environ 300 mètres sur une longueur d’environ 1500 mètres. »

 

Des cercueils mis à découvert

Le journal La France évoque la tornade de Matha dans son édition du 5 juillet 1975 :

Tornade

Le cimetière de Matha entièrement dévasté

Une formation cyclonique de forte puissance a fait de nombreux ravages, jeudi soir, vers 19 heures, en s’abattant sur la calme cité de Matha (Charente-Maritime).

Le phénomène qui, dans ses circonvolutions, avait choisi un axe est-ouest, se déployait en forme de cône noirâtre sur une hauteur de trois cents mètres environ et sur cinq cents mètres de diamètre. On relève des dégâts matériels sur un passage d’une largeur de vingt mètres environ.

De mémoire saintongeoise, c’est la première fois qu’un tel phénomène se produit dans la région et la frayeur qu’il a suscitée rejoint, dans les esprits, les impressions laissées par la tornade d’il y a six ans, ou la secousse tellurique de 1972.

A Matha, l’endroit le plus durement touché est sans nul doute le cimetière. Soixante tombes environ ont été dévastées et les lourdes pierres tombales verticales, descellées par le souffle du cyclone, se sont abattues sur les dalles. Avec une telle violence, que, depuis hier, deux ou trois tombes laissent voir les cercueils qu’elles abritaient.

Par chance, la longue file des coureurs du Tour de France était passée trois heures plus tôt sur cette route d’Angoulême, où même un poids lourd a été renversé par la tornade. Cela dit, on ne déplore aucune victime et sept ou huit maisons seulement ont été endommagées. Des arbres déracinés, divers objets envolés, des champs de blé et des vignes couchés, complètent le bilan de cette trombe qui a été suivie par une violente chute de grêle.

 
NB : Ce cas a pu être documenté grâce à une collaboration entre Keraunos, François Paul (Climat-Energie-Environnement) et Jean Dessens (Anelfa).