Une tornade meurtrière de forte intensité (EF3) s'abat sur la commune de Fagnières (Marne) le 17 mai 1971 vers 20h30 locales. En outre, le phénomène soulève un véhicule et le projette à 100 mètres de distance.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Fagnières (51) du 17 mai 1971* intensité maximale : EF3, soit des vents estimés de 220 km/h à 270 km/h
* distance parcourue : 4,5 kilomètres (distance minimale reconnue à ce jour)
* largeur moyenne : 150 mètres

* communes traversées : VILLERS-LE-CHÂTEAU (Vide Besace), FAGNIÈRES (rue Ulysse Ginat)
* département : MARNE (51)
* altitude moyenne du terrain : 95 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, territoires agricoles (vignobles)

* principaux dégâts : poteaux téléphoniques brisés ou tordus; caravane projetée à la hauteur d'un toit; hangars endommagés avec projection de tôles; hangars et dépendances détruits ou soufflés; toitures entièrement arrachées; maisons éventrées; une voiture happée, soulevée, et projetée dans les champs à environ 100 mètres
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Parcours de la tornade

 
Trajectoire de la tornade EF3 de Fagnières (Marne) du 17 mai 1971. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)© Keraunos (fond de carte : Géoportail) 
 

Une voiture happée par le tourbillon

La tornade de Fagnières, qui n'a pas fait l'objet d'une reconnaissance de terrain, a parcouru une trajectoire d'au moins 4,5 kilomètres entre la ferme de Vide Besace (commune de Villers-le-Château) et le nord-ouest de Fagnières.
 
Sur une largeur moyenne de 150 mètres, la tornade a provoqué des dégâts matériels importants : maisons éventrées, caravane projetée à la hauteur d'un toit, murs effondrés sur la chaussée, toitures réduites à quelques poutres, poteaux téléphoniques brisés ou tordus.  
 
Surtout, la tornade de Fagnières a tué deux personnes dans des circonstances tragiques : une voiture a été happée par le tourbillon et projetée hors de la chaussée à environ 100 mètres de son emplacement d'origine. Ce fait, qui s'est déroulé sur la RD 933, a notamment permis de déterminer l'intensité du phénomène qui a poursuivi sa route en direction du nord-ouest de Fagnières.
 
* * *  
 
 
A l'échelle locale, la tornade de Fagnières a fait l'objet d'une importante médiatisation, en raison de son caractère meurtrier. Voici un extrait du quotidien L'Union dans son édition du 19 mai 1971:

Dans Fagnières dévastée par la tornade, quarante familles ont été ruinées par le cataclysme

Le département de la Marne et Châlons-sur-Marne ont manifesté leur solidarité à la commune sinistrée

Châlons-sur-Marne.- Quand le jour s’est levé, hier matin, sur Fagnières, on a pu mesurer dans toute son ampleur, le désastre causé la veille au soir dans la malheureuse commune marnaise, par la tornade. Un propos revenait sur toutes les lèvres : « C’est comme après un bombardement ! »

Des maisons éventrées, des toitures réduites à quelques poutres, des murs effondrés sur la chaussée, des poteaux brisés ou tordus. Un spectacle désolant que les habitants contemplaient avec effarement, tout cela leur paraissant encore incroyable.

Le plus inimaginable pour eux, qui avaient vécu les instants où l’ouragan dans un grondement terrible, s’était abattu sur le village, c’est que tous s’en soient tirés indemnes.

Un seul habitant a été blessé superficiellement, un transporteur, M. Poletz, qui se trouvait au volant de son camion, à l’extrémité de la rue Ulysse Ginat, la plus touchée : une plaque de tôle projetée par le vent, l’atteignit au bras et il dut être pansé au centre hospitalier de Châlons.

Le drame de la R.N. 33

Dans ce même centre hospitalier, on venait, on le sait, d’amener d’autres victimes de l’ouragan, frappés de façon plus dramatique : c’est sur la R.N. 33, Châlons – Montmirail, à hauteur de Villers-le-Château, que leur voiture avait été happée et projetée hors de la chaussée avec une force prodigieuse, puisqu’on la retrouva à 200 mètres de la route (et non à 100 mètres, comme on avait dit d’abord). Un vigneron de Villevenard, M. Henir Niquet, 63 ans, devait y trouver la mort.

Hier, l’état du conducteur de la voiture, M. Jackie Niquet, 25 ans, et celui de sa femme, Jocelyne, hospitalisé à Châlons, n’inspiraient pas d’inquiétude. Mais il n’en était pas de même pour leur enfant, Christophe, 2 ans, qui devait lui aussi mourir.

Dans les parages de l’accident, la tornade avait touché la ferme de Vide-Besace, au bord de la R.N. 33. Un des corps d’habitation était très endommagé !

 
NB : Ce cas a pu être documenté grâce à une collaboration entre Keraunos, François Paul (Climat-Energie-Environnement) et Jean Dessens (Anelfa).