Le 1er août 1963 en début de nuit, un système orageux destructeur traverse une partie de la région Aquitaine en provoquant des dégâts venteux très importants dans le secteur de Mazerolles (Landes) et de Tonneins (Lot-et-Garonne). D'après Jean Dessens, qui a pu mener une enquête de terrain pour cet événement, au moins deux tornades d'intensité EF3 sont identifiées dans ce système, probablement de nature supercellulaire.
  

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Tonneins (47) du 1er août 1963* intensité maximale : EF3, soit des vents estimés entre 220 km/h et 270 km/h
* distance parcourue : 3 kilomètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : 500 mètres

* communes traversées : TONNEINS, FAUILLET
* département : LOT-ET-GARONNE (47)
* altitude moyenne du terrain : 40 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, territoires agricoles

* principaux dégâts : arbres arrachés, solides hangars industriels soufflés ou emmenés à distance, tôles emportées à plusieurs kilomètres de leur point de départ

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 
 

Trajectoire de la tornade

 Cliquer sur la carte pour l'agrandir :
 
Tornades de Mazerolles (Landes) et de Tonneins (Lot-et-Garonne) du 1er août 1963. Trajectoire du système orageux et horaires associés (sens de propagation : SO/NE). © Keraunos (fond de carte : Google Images)
© Keraunos (fond de carte : Google Images)
  

Un axe orageux dévastateur de 85 kilomètres

Dans la soirée du 1er août 1963, un système orageux, probablement de nature supercellulaire, dévaste les départements limitrophes des Landes et du Lot-et-Garonne, entre l'est de Mont-de-Marsan et le nord-ouest de Tonneins. Le phénomène, qui s'accompagne de fortes chutes de grêle et d'abondantes précipitations, dévaste les cultures et provoque des inondations.
 
En plusieurs points de la trajectoire parcourue par le système orageux, des rafales destructrices sont observées et provoquent localement de très gros dégâts : arbres arrachés, solides hangars industriels soufflés ou emmenés à distance, tôles emportées à plusieurs kilomètres de leur point de départ. Dans une enquête de terrain effectuée au lendemain de l'événement, Jean Dessens parvient à reconstituer une trajectoire totale de 85 kilomètres, fréquemment interrompue par des zones sans dommages.
 
L'examen des dommages et les témoignages recueillis sur place permettent de valider au moins deux tornades distinctes qui se seraient développées au sein de la même supercellule, mais à plus de deux heures d'intervalle :
 
- l'une, dans le secteur de Mazerolles (Landes), survenue vers 20h00 locales,
- l'autre, au nord-ouest de Tonneins (Lot-et-Garonne), survenue vers 22h30 locales sur une trajectoire minimale expertisée de 3 kilomètres.
 
Dans les deux cas, la bande de terrain sinistrée atteint 500 mètres de largeur, ce qui est assez remarquable et caractéristique des tornades de forte intensité.
 
Cet épisode tornadique constitue probablement l'un des événements venteux les plus violents de cette partie de la région Aquitaine, au cours du XXe siècle.
 
 
NB : Ce cas a pu être documenté grâce à une collaboration entre Keraunos, François Paul (Climat-Energie-Environnement) et Jean Dessens (Anelfa).