Le 25 mai 1969, vers 12h15 locales, une tornade de forte intensité (bas de l'échelon EF3) est aperçue dans la vallée de l'Hers, au niveau de la commune de Lagarde (Ariège). Le phénomène provoque des dégâts importants sur une filature.
 
La tornade de Lagarde s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise 2 cas pour la journée du 25 mai 1969, dont celui de Leuc (Aude). Une enquête de terrain a été menée par Jean Dessens sur cet épisode.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Lagarde (09) du 25 mai 1969* intensité maximale : EF3, soit des vents estimés entre 220 km/h et 270 km/h
* distance parcourue : 2 kilomètres (distance minimale certaine=

* commune traversée : LAGARDE (Sermet, la Fouche)
* département : ARIÈGE (09)
* altitude moyenne du terrain : 345 mètres
* type de terrain : territoires agricoles, forêt et milieux semi-naturels

* principaux dégâts : arbres centenaires (peupliers, aulnes, noyers, bouleaux) de plusieurs mètres de diamètre, complètement déracinés, cassés net, emportés voire dépouillés; machines agricoles renversées; toitures neuves enlevées (fermes, dépendances); toitures d'une filature (structure avec tuiles et charpentes) éventrées; matériel et matière textiles emportés sur plusieurs centaines de mètres; remorque métallique soulevée et déplacée; bidons métalliques de 200 litres emmenés dans les airs à plus de cent mètres de hauteur pour aller retomber deux cents mètres plus loin

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 
Trajectoire de la tornade EF3 de Lagarde (Ariège) du 25 mai 1969. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 
Cette trajectoire approximative a été établie en fonction des informations disponibles (articles de presse, reconstitution du flux pour la journée du 25 mai 1969).
 

Deux tornades d'intensité EF3 séparées par 35 kilomètres

 
Tornade de Lagarde (Ariège) du 25 mai 1969 - Aperçu d'un arbre déraciné et dépouillé de ses branches, au hameau de la Fouche à Lagarde? © Jean Dessens (reproduction interdite)Sans être remarquable à l'échelle nationale, l'outbreak du 25 mai 1969 semble exceptionnel dans cette partie de la France.
 
Sur la base des cas recensés en France sur la période contemporaine (1960-2014), deux tornades de forte intensité aussi rapprochées dans le temps et dans l'espace ne se rencontrent que ponctuellement et dans des outbreaks presque systématiquement meurtriers.
 
Cet épisode, peu connu, aurait pu avoir des conséquences bien plus graves s'il s'était manifesté en milieu urbain. 
 

Coupure de presse

Le quotidien Midi Libre évoque la tornade de Lagarde son édition du 27 mai 1969. En voici un extrait:
 
En quelques minutes à Lagarde, l'ouragan a arraché, brisé, emporté... laissant derrière lui une vision d'apocalypse.

Un ouragan d'une violence inouïe, comme nous l'avons déjà relaté dans notre édition d'hier a fait dimanche d'incalculables dégâts aux confins de l'Aude et de l'Ariège, sur le territoire de la commune de Lagarde, plus particulièrement aux usines Garros et aux domaines de la Fouche et de Sermet.

Il faut avoir été vraiment sur les lieux pour mesurer l'ampleur des dégâts. L'ouragan laissa après son passage une vision d'apocalypse.

Empressons-nous de le préciser la zone éprouvée est assez réduite. Elle se limite à la grande cuvette que forme le bas-fond en-dessous du village en direction de Camon. Peut-être la forme de ce relief dépressionnaire a-t-il favorisé la formation de l'ouragan.

Des habitants de Cazals, des Faures se trouvant sur la hauteur ont vu un gros nuage noir en forme d'un immense entonnoir ce qui les stupéfia. C'était l'image terrifiante du cyclone ou de la tornade. Il était midi et quart environ. Heureusement, nous a-t-on dit, à cette heure là, il n'y avait personne dehors, si non les gens auraient été emportés comme des fétus de paille.

Mme et M. Garros, propriétaires de l'usine, nous ont déclaré : « Apparemment le temps ne paraissait pas plus menaçant qu'un orage de moyenne importance. Il tonnait, il faisait quelques éclairs. Il se mit à tomber de la grêle avec des gouttes de pluie. Soudain, ce fut la tornade ; dans un bruit effroyable, les arbres se brisaient, s'arrachaient, se renversaient. Les tuiles s'envolaient, de grands panneaux de toiture étaient emportés, les charpentes s'effondraient. »

* * *
 
L'ouragan a progressé sur un front d'une centaine de mètres de largeur, broyant les peupliers, les aulnes au bord de la rivière pour se diriger ensuite vers les domaines de La Fouche et de Sermet.

Au domaine de Sermet, le propriétaire voulut au moment de l'orage aller chercher sa vieille mère qui se trouvait dans une pièce voisine. Mais il lui fut impossible d'ouvrir une quelconque des portes. La puissance du vent les plaquait avec une force inouïe. A cette ferme, les toitures ont souffert et plusieurs arbres ont été arrachés.
 
 
NB : Ce cas a pu être documenté grâce à une collaboration entre Keraunos, François Paul (Climat-Energie-Environnement) et Jean Dessens (Anelfa).