Le 16 octobre 1907, vers 7 heures locales, une tornade d'intensité modérée (bas de l'échelon EF2) est observée au sud-ouest du territoire de Villeveyrac, dans le département de l'Hérault. Le phénomène produit exclusivement des dégâts sur la végétation.
 
La tornade de Villeveyrac survient durant un épisode méditerranéen intense, à l'origine de nombreuses crues dans la région Languedoc-Roussillon, la basse vallée du Rhône et une partie de la région PACA.
  

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Villeveyrac (34) du 16 octobre 1907intensité maximale : EF2, soit des vents estimés entre 175 km/h et 220 km/h
* distance parcourue : 1,3 kilomètre (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : indéterminée

* commune touchée : VILLEVEYRAC (Vissec, Grange Neuve)
* département : HÉRAULT (34)
* altitude moyenne du terrain : 40 mètres
* type de terrain : territoires agricoles

* principaux dégâts : très gros pins brisés comme fétus de paille ; oliviers et amandiers arrachés ; souches de vignes arrachées, soulevées en l'air à grande hauteur

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
  

Trajectoire de la tornade

 Cliquer sur la carte pour l'agrandir :
 
Trajectoire de la tornade EF2 de Villeveyrac (Hérault) du 16 octobre 1907. © Keraunos (fond de carte : Géoportail) 
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 
 
Cette trajectoire minimale a été établie en fonction des informations disponibles : coupure de presse, reconstitution du flux pour la journée du 16 octobre 1907.

  

Souches de vignes emportées par le vent

La presse locale nous renseigne sur cette tornade qui survient au sein d'un épisode méditerranéen virulent qui affecte plus particulièrement l'Hérault, le Gard, l'Aveyron, la Lozère, le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône.
 
L'orage de grêle à l'origine de la tornade de Villeveyrac s'abat vers 7 heures du matin à l'ouest de Montpellier. D'autres orages de grêle, qui compromettent les vendanges, sont par ailleurs signalés en plusieurs points du département de l'Hérault.
 
La tornade de Villeveyrac s'attarde essentiellement au sud-ouest de la commune : dans les domaines de Vissec et de Grange Neuve, de gros pins sont brisés "comme des fétus de paille". A travers la campagne, des oliviers et des amandiers sont arrachés par le vent. Surtout, des souches de vignes sont arrachées et soulevées dans les airs à une grande hauteur. Certaines d'entre elles se seraient abattues jusque dans le village, mais cette information ne peut être vérifiée.
 
Durant cette tornade, personne n'a été blessé : "Heureusement qu'il n'y a pas d'accident de personnes à déplorer, mais ceux qui ont vu la marche furieuse du tourbillon entraînant tout sur son passage, ont eu une belle peur".
 
Il est vraisemblable que la tornade de Villeveyrac ait connu une trajectoire plus importante, mais aucune information complémentaire ne permet de l'attester à l'heure actuelle.

  

Analyse de la situation météorologique

La tornade de Villeveyrac s’est produite dans un contexte d’épisode méditerranéen actif, propice à la formation d’orages virulents sur l’Hérault notamment. C'est ce que confirment les réanalyses NOAA/ESRL ; si ces données ne fournissent qu’une reconstitution approximative de la situation synoptique de l’époque - elles doivent de ce fait être considérées avec précaution -, elles permettent néanmoins d’établir le scénario météorologique le plus probable qui prévalait le 16 octobre 1907.

Ainsi, le Languedoc se trouve ce jour-là dans une probable configuration d'entrée droite d'une branche de courant-jet (ci-dessous à gauche), à l'avant d'un thalweg d'altitude très prononcé qui s'enfonce jusque sur l'Espagne :
 
Vent moyen 250 hPa et Z250, le 16 octobre 1907 à 12h. Données réanalyses NOAA/ESRL. © KERAUNOS        Température à 500 hPa, le 16 octobre 1907 à 12h. Données réanalyses NOAA/ESRL. © KERAUNOS
 
En basses couches, de l'air très doux et humide (thêtaE élevée) est advecté depuis le Maroc jusqu'aux Baléares et au Languedoc durant la matinée du 16 octobre. Cette langue d'air tropical apparaît en couleur jaune orangée sur le champ ci-dessous à gauche. Le flux de SSE qui véhicule cet air chaud est accéléré par une dépression positionnée sur la Bretagne. Les profils verticaux sont conséquemment instables, notamment entre Catalogne et Languedoc, où les indices de soulèvement oscillent entre -3 et -4 K (ci-dessous à droite) :
 
ThêtaE à 850 hPa et Pmer, le 16 octobre 1907 à 12h. Données réanalyses NOAA/ESRL. © KERAUNOS        Lifted Index (instabilité), le 16 octobre 1907 à 12h. Données réanalyses NOAA/ESRL. © KERAUNOS
 
Le flux généré par cette situation est dynamique entre le Golfe du Lion et le Languedoc, suite à la constitution d'un jet de basses couches dans ce secteur. Les forts cisaillements induits en basses couches sont accompagnés de cisaillements également marqués en profondeur (soit entre le sol et 6 km d'altitude), avec des valeurs supérieures à 20 m/s :
 
Vent moyen 900 hPa et Z900, le 16 octobre 1907 à 12h. Données réanalyses NOAA/ESRL. © KERAUNOS        Cisaillements entre 0 et 6 km d'altitude, le 16 octobre 1907 à 12h. Données réanalyses NOAA/ESRL. © KERAUNOS
 
Il est par ailleurs intéressant de noter que les indices dédiés à la prévision des supercellules et des tornades réagissent sur les réanalyses. Même si les valeurs affichées restent modestes, elles sont à considérer en valeur relative compte tenu de la faible résolution des données fournies par les programmes de réanalyses :
 
Supercell Composite Parameter, le 16 octobre 1907 à 12h. Données réanalyses NOAA/ESRL. © KERAUNOS        Significant Tornado Parameter, le 16 octobre 1907 à 12h. Données réanalyses NOAA/ESRL. © KERAUNOS
 
Cette conjonction entre forte instabilité et dynamique marquée est connue pour être propice au développement d'orages virulents, parfois producteurs de tornades. La matinée du 16 octobre 1907 l'a confirmé et l'analyse conjointe des observations de l'époque et des données de réanalyse permet de considérer qu'une cellule orageuse intense, possiblement de nature supercellulaire, est remontée en flux de SSE depuis le Golfe du Lion vers l'intérieur de l'Hérault, en générant des chutes de grêle et une tornade sur Villeveyrac. On ne peut exclure d'ailleurs que le phénomène se soit initié en mer sous la forme d'une trombe marine.

  

En savoir plus sur les tornades en région Languedoc-Roussillon


Evénements orageux remarquables en Languedoc-Roussillon.          Climatologie des tornades en Languedoc-Roussillon