Le 7 août 1929, une tornade de faible intensité (EF1) est observée à Trévoux (Ain) et provoque des dégâts près de la Saône. Le phénomène se manifeste au sein d'une dégradation orageuse importante qui a frappé le Beaujolais durant cette journée.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Trévoux (01) du 7 août 1929intensité maximale : EF1, soit des vents estimés de 135 km/h à 175 km/h
* distance parcourue : indéterminée
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée : TRÉVOUX
* département : AIN (01)
* altitude moyenne du terrain : 170 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, territoires agricoles, surfaces en eau

* principaux dégâts : arbres (dont des saules) arrachés ; toiture arrachée (nature non précisée) ; charrettes renversées ; fermiers jetés à terre et blessés

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen. 
 

Trajectoire de la tornade

 
Tornade EF1 de Trévoux (Ain) du 7 août 1929 - Emplacement présumé de la tornade. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Comme une "vague irrésistible"

Dans son étude sur la dégradation orageuse du 7 août 1929 en Beaujolais, J.-G. Ebersolt revient sur la tornade de Trévoux, qui peut être classée d'intensité EF1 sur l'échelle améliorée de Fujita :

IV. — La Trombe de Trévoux.

Une des manifestations les plus curieuses dont s'est accompagné l'orage du 7 août est incontestablement la trombe de Trévoux. Voici comment un habitant de cette ville la décrit après l'avoir vue de ses propres yeux :

« J'ai vu venir la trombe de ma terrasse du bord de l'eau. Sa largeur au début ne dépassait pas une vingtaine de mètres. Je la vis arracher les saules de la rive droite et se jeter sur les maisons comme une vague irrésistible... » A une pareille vague rien ne pouvait résister. La toiture d'un restaurant de Trévoux se trouva arrachée et vola en éclats loin de la maison. Une autre démolie, des charrettes renversées, des hommes et des femmes travaillant aux champs jetés à terre et blessés, telles en sont les menues conséquences.

Comme toutes les trombes, elle n'a été qu'un phénomène assez restreint: elle commença à la hauteur d'Anse sur la route nationale et se termina à Trévoux. C'est elle qui abattit les arbres gigantesques plantés le long de la chaussée entre Anse et Villefranche.

On peut regretter que l'absence de toute observation météorologique sur place nous empêche de préciser les conditions atmosphériques qui donnèrent naissance à cette trombe. En règle générale, la trombe est le résultat d'une baisse subite et très accusée du baromètre, la diminution de pression suffisant à expliquer une partie des effets observés (décollement des toits, éclatement des portes et des fenêtres).