Le 28 août 1905 dans l'après-midi, une tornade meurtrière de forte intensité (bas de l'échelon EF3) frappe le sud-ouest de la capitale et dévaste principalement la commune de Saint-Maur-des-Fossés (actuel département du Val-de-Marne). Une personne est blessée mortellement par la chute d'une branche.
 
La tornade de Saint-Maur-des-Fossés s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise au moins 2 cas pour la journée du 28 août 1905, dont celui d'Argentan (Orne). Une troisième tornade (classée en liste secondaire) aurait également été observée à Jouy-en-Josas (Yvelines) le même jour.
  

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Saint-Maur-des-Fossés (94) du 28 août 1905intensité maximale : EF3, soit des vents estimés entre 220 km/h et 270 km/h
* distance parcourue : 5 kilomètres
* largeur moyenne : 30 mètres (sans tenir compte d'éventuelles aspirations périphériques)

* communes touchées : JOINVILLE-LE-PONT (la Marne, usine de traitement des eaux), SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS (quartier de l'ancienne abbaye, la Marne), CHAMPIGNY-SUR-MARNE (la Marne, D4, cimetière)
* département : VAL-DE-MARNE (94)
* altitude moyenne du terrain : 45 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, territoires agricoles

* principaux dégâts : énorme tilleul arraché ; arbres tordus ou arrachés ; cheminées abattues ; toitures enlevées ; hangar démoli ; bateau de pêcheur à fond plat enlevé et réduit en morceaux projetés à plus de 100 mètres de distance ; un kiosque détruit ; poteaux téléphoniques couchés ; voiture chargée de paille renversée ; deux toitures entières renversées, dont la charpente a été arrachée des murs sur lesquels elle s'appuyait ; pierres tombales brisées, renversées ou emportées au cimetière de Champigny ; multiples projections à grande distance
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.

  

Parcours de la tornade

 Cliquer sur la carte pour l'agrandir:
 
Trajectoire de la tornade EF3 de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) du 28 août 1905. © Keraunos (fond de carte : carte topographique des environs de Paris de 1906)
© Keraunos (fond de carte : carte topographique des environs de Paris de 1906)


Un bateau de pêcheur réduit en morceaux

La tornade de Saint-Maur-des-Fossés du 28 août 1905, qui a épargné de peu la station météorologique située plus au Sud, a fait l'objet d'un compte-tendu détaillé par Th. Moureaux à l'Académie des Sciences (1905).

Le phénomène semble s'être constitué vers 15h10 sur le territoire de Charentonneau, commune de Maisons-Alfort. Les premiers dégâts sont toutefois identifiés à proximité de l'usine de traitement des eaux de Joinville-le-Pont, au bord de la Marne

Lors de son entrée sur le territoire de Saint-Maur-des-Fossés, la tornade survole le quartier de l'ancienne abbaye. Sur le terrain nommé la Pelouse, plusieurs tilleuls sont arrachés, dont l'un de bonne dimension. Les toitures des maisons qui avoisinent l'église sont arrachées et les cheminées abattues. Dans les jardins et les espaces végétalisés jusqu'au bord de la Marne, les arbres sont tordus ou déracinés. Le réseau téléphonique et celui de l'éclairage électrique sont également fortement endommagés par suite de la rupture des fils ou de la chute de poteaux.

Sur l'autre rive de la Marne, du côté de Champigny-sur-Marne, un cabaret a beaucoup souffert. Un hangar et un kiosque sont entièrement démolis et les matériaux dispersés au loin dans la direction du Nord-Est, avec les tables et les chaises de la terrasse. Un bateau de pêcheur, à fond plat, posé sur le sol près du chemin de halage, est enlevé par le tourbillon et réduit en morceaux qui sont projetés à plus de 100 mètres de distance, également au Nord-Est.

En traversant la route de Joinville (actuelle D4, avenue Roger Salengro) alors plantée d'arbres, deux gros acacias sont arrachés. Une personne est blessée mortellement par la chute d'une branche. Dans le cimetière de Champigny, une centaine de monuments funéraires sont parfois fortement endommagés : certaines pierre tombales sont renversées et parfois transportées à distance avec des débris d'arbres. Les directions dans lesquelles les matériaux sont renversés et quelquefois transportés à distance, montreraient que le mouvement de rotation de la tornade était en sens inverse de celui des aiguilles d'une montre. Plus loin, boulevard de Nogent, une voiture chargée de paille est renversée sur le charretier qui la conduisait.

Après 5 kilomètres de trajectoire, le phénomène se dissipe à 15h35 à l'approche de Villiers-sur-Marne. Sur le parcours de la tornade, le couloir de dégâts n’excéderait pas 30 mètres : il peut s'agir là du cœur de la bande sinistrée sans tenir comptes d'éventuelles aspirations périphériques. 

A l'appui des dégâts recensés, et en raison de projections à distance significatives, y-compris sur des objets lourds et offrant une faible prise au vent, nous pouvons considérer que la tornade de Saint-Maur-des-Fossés a atteint ponctuellement le niveau d'intensité EF3 (bas de l'échelon).

* * *

Il est à noter que la tornade a pu être vue depuis l'observatoire du Parc Saint-Maur, situé 1 kilomètre plus au Sud. Son passage était accompagné d'un bruit que l'on a comparé à celui d'une batterie d'artillerie entraînée au galop sur une route pavée. A la base d'un nuage très étendu, un cône renversé caractéristique s'en détachait. La partie inférieure de ce cône se confondait en un tourbillon de feuilles et de menus débris de toutes sortes, soulevés du sol ou provenant des arbres. La variation de pression fut peu significative. 

Un outbreak meurtrier très automnal

En France, la journée du 28 août 1905 est marquée par un flux d'ouest rapide et instable, piloté par un minimum dépressionnaire présent sur les Iles Britanniques. En cours d'après-midi, un minimum secondaire actif remonte les côtes de la Manche, puis se positionne en Mer du Nord au cours de la nuit suivante. Dans ce contexte automnal précoce, les températures maximales restent largement inférieures à 20°C sur une bonne partie du pays. Les précipitations accumulées entre les 27 et 29 août sont significatives et généralisées.
 
Cette situation peu habituelle pour une fin d'été a généré un outbreak meurtrier de 2 tornades en Normandie et en Ile-de-France :
 
- une tornade d'intensité EF2 à Argentan (Orne), survenue à 9h30,
- une tornade meurtrière d'intensité EF3 à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne), survenue à 15h10.
 
Également, un troisième phénomène tourbillonnaire, classé en liste secondaire, est observé à Jouy-en-Josas (actuel département des Yvelines). Le Courrier de Versailles, dans son édition du 2 septembre 1905, revient sur l'événement:
 
"Un ouragan ou plutôt une sorte de cyclone s'est abattu sur une partie de notre commune, lundi dernier, vers une heure de l'après-midi. Dans le Petit-Jouy, des sapins énormes ont été déracinés, une toiture a été enlevée et la cheminée est venue tomber sur une véranda toute en verre ou tout a été brisé. Le cyclone, poursuivant sa route, a dévasté tous les jardins de la rue des Bordeaux. Dans un de ces jardins, un arbre fruitier, d'une grosseur énorme et couvert de fruits, a été brisé. Dans la propriété d'un de nos conseillers municipaux, tous les arbres ont été cassés. Dans le parc du château de Montcel, un chêne, mesurant cinq mètres de circonférence, a été arraché et projeté sur une serre qu'il a pulvérisé. II est à remarquer que le cyclone n'a passé que sur une largeur d'une centaine de mètres."


En savoir plus sur les tornades