Le 15 juillet 1933, vers 18h30 locales, une tornade d'intensité modérée (EF2) est observée dans le secteur de Saint-Brice-en-Coglès (Ille-et-Vilaine). Le phénomène frappe plusieurs hameaux de la commune.
  

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Saint-Brice-en-Coglès (35) du 15 juillet 1933intensité maximale : EF2, soit des vents estimés de 175 km/h à 220 km/h
* distance parcourue : 5,7 kilomètres (distance minimale reconnue à ce jour)
* largeur moyenne : indéterminée

* communes traversées : TREMBLAY (la Martelais), SAINT-MARC-LE-BLANC (les Meslinières), SAINT-BRICE-EN-COGLÈS (la Bienchère, le Gage, la Bouchardière, la Richerais, la Motte)
* département : ILLE-ET-VILAINE (35)
* altitude moyenne du terrain : 100 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, territoires agricoles

* principaux dégâts : pommiers déracinés ; troncs de sapins, de chênes, de châtaigniers brisés ; deux meules de foin et un énorme sapin projetés sur une route ; toitures de hangars enlevées, certains débris retrouvés à 1,5 km ; toiture d'habitation partiellement arrachée

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen. 
  

Trajectoire de la tornade

 Cliquer sur la carte pour l'agrandir :
 
Trajectoire de la tornade EF2 de Saint-Brice-en-Coglès (Ille-et-Vilaine) du 15 juillet 1933. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 
Cette trajectoire a été établie en fonction des informations disponibles (coupures de presse, reconstitution du flux pour la journée du 15 juillet 1933).

Au moins sept hameaux touchés

L'Ouest-Eclair de Rennes fait mention de la tornade de Saint-Brice-en-Coglès dans son édition du 17 juillet 1933 : 
 
SAINT-BRICE-EN-COGLÈS

Un cyclone s'abat sur Saint-Brice causant d'importants dégâts

Un violent cyclone accompagné d'une pluie torrentielle s'est déchaîné sur la région. Des voyageurs ont remarqué son passage sur la route de Saint-Brice-en-Coglès à Romazy, au lieu-dit « La Martelais », commune de Tremblay. Sur le territoire de la commune de Saint-Brice, ses funestes dégâts se sont fait sentir aux villages des Mélinières [Meslinières], de la Bienchère, du Gage, de la Bouchardière, de la Richerais et de la Motte, où il a déraciné des pommiers, arraché des branches d'arbres et brisé des troncs de sapins, de chênes, de châtaigniers etc. Les habitations n'ont pas été épargnées, car dans plus d'un endroit les toitures des maisons et des hangars ont été soulevées et projetées sur le sol.

M. le Maire s'est rendu sur les lieux et a constaté les énormes dégâts causés. Au village du Gage, deux meules de foin, un énorme sapin ont été projetés sur la route empêchant toute circulation. La couverture entière de la maison Lermitte a été soulevée de près de huit centimètres. La couverture d'un cellier a été complètement enlevée. Au même lieu, un hangar métallique appartenant à M. Honoré a vu sa toiture enlevée; on a retrouvé des tôles transportées par le vent à environ 1 000 et 1 500 mètres de distance. Le hangar de Mme Gaulier couvert en ardoises a subi le même sort.

A la Bouchardière, chez M. Frandebœuf, la toiture d'une grange est en partie détruite et devra être refaite entièrement.

A la Richerais, chez M. Laizé, la partie sud-est de la toiture de la maison a été complètement jetée par terre et des blocs de granit la soutenant ont été arrachés et précipités sur le sol. Les champs de blé et d'avoine sont complètement couchés et des branches d'arbres jonchent le sol sur tout le passage du cyclone qui a détruit des centaines de pommiers. Pour abriter leur maison, les propriétaires ont réquisitionné tout ce qu'ils ont pu trouver de bâches.