Le 27 février 1927 en cours de nuit, une tornade d'intensité modérée (EF2) frappe plusieurs hameaux des communes de Landemont et de Saint-Laurent-des-Autels (Maine-et-Loire). Des phénomènes d'aspiration sont notamment observés à l'intérieur des maisons.
 
La tornade de Landemont s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise 2 cas pour la journée du 27 février 1927, dont celui de Chançay (Indre-et-Loire) survenu moins de deux heures plus tard.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Landemont (49) du 27 février 1927intensité maximale : EF2, soit des vents estimés de 175 km/h à 220 km/h
* distance parcourue : 7,9 kilomètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : 200 mètres

* communes traversées : LANDEMONT (le Bois, le Château, la Ferdinière), SAINT-LAURENT-DES-AUTELS (Malvoisine, le Barbotin, la Tournerie)
* département : MAINE-ET-LOIRE (49)
* altitude moyenne du terrain : 90 mètres
* type de terrain : territoires agricoles

* principaux dégâts : arbres déracinés (nature non précisée) ; toitures entières enlevées et projetées au loin ; murs de granges et d'écuries renversés ; portes et fenêtres enfoncées ; cloisons démolies à l'intérieur des maisons
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen. 
 

Trajectoire de la tornade

 Cliquer sur la carte pour l'agrandir :
 
Trajectoire de la tornade EF2 de Landemont (Maine-et-Loire) du 27 février 1927. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Des cloisons démolies à l'intérieur des maisons

La tornade de Landemont a produit des dégâts sur une bande de terrain de près de 8 kilomètres de longueur et sur un front de 200 mètres, entre le nord de Landemont et l'extrême est de Saint-Denis-des-Autels.
 
Au total, six fermes ont été sinistrées dans plusieurs hameaux de ces communes. Le Petit Courrier, dans son édition du 2 mars 1927, énumère les principaux dégâts : "Les arbres ont été déracinés, des toitures entières enlevées et projetées au loin, des portes et des fenêtres ont été défoncées. A l'intérieur de plusieurs maisons, des cloisons ont été complètement démolies. Les murs de plusieurs granges, écuries et hangars ont été renversés."

Les dommages sont évalués à 170 000 francs.