Le 19 mars 1933, vers 23h00 locales, une tornade d'intensité modérée (EF2) frappe les territoires de Guillac et de la Croix-Helléan (Morbihan). Les dégâts sont observés de part et d'autre de la R.N n°24. Faute de reconnaissance de terrain, la trajectoire de cette tornade est limitée à 2 kilomètres.
 
La tornade de Guillac succède de deux jours seulement une autre tornade bretonne survenue à Henvic (Finistère) le 17 mars 1933.
  

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Guillac (56) du 19 mars 1933intensité maximale : EF2, soit des vents estimés de 175 km/h à 220 km/h
* distance parcourue : 2 kilomètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : indéterminée

* communes traversées : GUILLAC (Quéliac, N24), LA CROIX-HELLÉAN (Beau Soleil)
* département : MORBIHAN (56)
* altitude moyenne du terrain : 75 mètres
* type de terrain : territoires agricoles, forêt et milieux semi-naturels

* principaux dégâts : un baraquement disloqué et transporté à 10 mètres ; pommiers déracinés ; bois de sapins rasés ; poteaux télégraphiques brisés ; poteaux électriques en béton armé couchés ou pliés ; quelques toitures enlevées ; une cloison en briques endommagée

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen. 
  

Trajectoire de la tornade

Cliquer sur les cartes suivantes pour les agrandir :
 
Trajectoire de la tornade EF2 de Guillac (Morbihan) du 19 mars 1933. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 
Tornade EF2 de Guillac (Morbihan) du 19 mars 1933. La même trajectoire sur une vue aérienne de 1950. © Keraunos (fond de carte : Géobretagne)
© Keraunos (fond de carte : Géobretagne)
 
Cette trajectoire a été établie en fonction des informations disponibles (coupures de presse, reconstitution du flux pour la journée du 19 mars 1933).
 
 Quatre pylônes en béton couchés par le vent
Dans son édition de 1934, la Météorologie revient sur la tornade de Guillac, à l'appui d'articles parus dans la presse locale du Morbihan. D'après R. Olivier, l'auteur de la note publié sur le phénomène, la tornade de Guillac s'est formée au sein d'une ligne de grains qui a balayé une partie de la Bretagne (Morbihan, Côtes-d'Armor, Ille-et-Vilaine) entre 23 heures et minuit, dans la nuit du 19 au 20 mars 1933.
 
D'après M. Jouet, chef cantonnier à Ploërmel, l'orage s'est manifesté dans cette commune à 23h15. Selon ses observations, des dégâts venteux sont observés sur une trajectoire de 2 kilomètres et sur une largeur de 500 mètres (arbres, pommiers, sapins abattus ou fauchés, toitures enlevées).
 
Un autre témoignage livré par M. Leson, directeur de l'Union Hydro-Electrique armoricaine (Pontivy) donne les détails suivants : "Dans la nuit du dimanche 19 mars, entre 23 et 24 heures, un coup de vent extraordinaire (probablement une trombe d'air) a pris naissance au Sud de la ligne de haute tension Guerledan-Saint-Nazaire, entre Josselin et Ploërmel, à 4 km environ de Josselin. Cette trombe s'est déplacée en direction générale du Sud-Ouest vers le Nord-Est et a ravagé une zone d'une largeur de 3 à 400 mètres environ, sur une longueur d'au moins 1 kilomètre."
 
Les photographies des dégâts, appuyées par plusieurs articles de presse (dont le Ploërmelais du 26 mars) confirment la localisation du phénomène de part et d'autre de la RN24, entre Quéliac et Beau Soleil. M. Leson ajoute par ailleurs : "La ligne électrique a été attaquée sous un angle de 45° environ, dans le plan horizontal. Quatre supports en béton ont été brisés et couchés." Nous pouvons donc considérer que la tornade a parcouru une distance minimale d'environ 2 kilomètres, essentiellement sur le territoire de Guillac. La largeur moyenne du phénomène ne peut toutefois pas être établie avec certitude. 
 
L'analyse des dommages permet d'identifier un axe de convergence dans le sens de chute des pylônes et des sapins d'un bois voisin de la RN24 :
 
 
Tornade EF2 de Guillac (Morbihan) du 19 mars 1933. Arbre couché sur la RN 24. © La Météorologie (1934)    Tornade EF2 de Guillac (Morbihan) du 19 mars 1933. Pylône en béton renversé et plié à la base, en direction de la tornade qui a globalement circulé de gauche à droite. Au fond, l'habitation de Beau Soleil qui a été endommagée (une cloison en briques a été touchée). © La Météorologie (1934)    Tornade EF2 de Guillac (Morbihan) du 19 mars 1933. Verger endommagé au bord de la RN24. Pommiers couchés en direction de la tornade qui a globalement circulé en direction de la maison. © La Météorologie (1934)
© La Météorologie (1934)
 
Tornade EF2 de Guillac (Morbihan) du 19 mars 1933. Pylône en béton renversé et plié à la base, en direction de la tornade qui a globalement circulé de gauche à droite. Au fond, une parcelle de sapins étêtés ou brisés net. © La Météorologie (1934)    Tornade EF2 de Guillac (Morbihan) du 19 mars 1933. Pylône en béton renversé et plié à la base, en direction de la tornade qui a globalement circulé de gauche à droite. © La Météorologie (1934)    Tornade EF2 de Guillac (Morbihan) du 19 mars 1933. Parcelle de sapins touchée : axe de convergence illustré par le sens de chute des têtes de sapins. © La Météorologie (1934)
© La Météorologie (1934)
 
 Deux tornades bretonnes en l'espace de deux jours
Après plusieurs jours de conditions anticycloniques, un flux d'ouest rapide et instable balaie la France entre les 17 mars et 20 mars 1933. Deux tornades sont observées durant cette période :
 
- une tornade EF2 à Henvic (Finistère) dans l'après-midi du 17 mars,
- une tornade EF2 à Guillac (Morbihan) le 19 mars en début de nuit.
 
Hasard du calendrier, une nouvelle tornade est observée en Bretagne le 17 mars 1934, à Theix (Morbihan).
 

En savoir plus sur les tornades