Le 16 janvier 1939, dans l'après-midi, une trombe marine évolue en tornade d'intensité modérée (EF2) dans l'ancien territoire communal de Lanriec, à l'est de Concarneau (Finistère). Le phénomène survole plusieurs exploitations agricoles.

 

Principales caractéristiques de la tornade

intensité maximale : EF2, soit des vents estimés de 175 km/h à 220 km/h
* distance parcourue : 6 kilomètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : indéterminée

* communes traversées : CONCARNEAU (le Cabellou, Douric ar Zin, Penhars, Kerrichard), TRÉGUNC (Croaz Hent Bouillet), MELGVEN
* département : FINISTÈRE (29)
* altitude moyenne du terrain : 30 mètres
* type de terrain : territoires agricoles, forêt et milieux semi-naturels

* principaux dégâts : mur de clôture renversé sur une quarantaine de mètres ; pins arrachés et branches brisées ; ardoises arrachées ; arbres de toute nature renversés ou brisés ; toiture d'un hangar en appentis arrachée et projetée à une trentaine de mètres ; toiture d'une crèche arrachée ; toiture d'un cellier enlevée entièrement et projetée dans un jardin ; toiture d'une maison déplacée ; nombreux arbres fruitiers déracinés ou fendus ; une brouette brisée contre un mur

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen. 
 

Trajectoire de la tornade

 
© Keraunos (fond de carte : Géoportail / Carte IGN de 1950)
 

Un "vent de tempête" qui tourbillonnait

La tornade de Concarneau-Lanriec du 16 janvier 1939, accompagnée d'éclairs et annoncée par un bruit infernal, se constitue en mer, au large du Cabellou. Suivant une ligne sensiblement orientée Sud-Ouest / Nord-Est, le tourbillon survole les territoires du Cabellou, de Douric ar Zin, de Penhars et de Kerrichard (Concarneau), puis de Croaz Hent Bouillet à Trégunc, avant de se dissiper à Melgven.

Le maire de Lanriec, M. Sellin, interrogé par la Dépêche de Brest, rapporte des témoignages évoquant une "gerbe de feu, transportée par un vent de tempête qui tourbillonnait, accompagnée par le grondement d'une pluie diluvienne".

La tornade produit de nombreux dégâts sur son passage. Dès son entrée dans les terres, elle arrache des pins et brise des branches. Plus loin, à Douric ar Zin, le mur de clôture d'une propriété est couché sur une longueur de 4 mètres. La toiture de l'habitation est également endommagée. Entre Penhars et Kerrichard, la tornade déploie toute sa force : arbres brisés, toits arrachés (dont celui d'une crèche) et débris emportés dans les champs voisins, pommiers arrachés ou fendus par dizaines. En plusieurs endroits, des portes ou des fenêtres sont arrachées par le souffle et transportées à distance. On cite même une brouette aspirée par le vent et brisée contre un mur.

Ce type de dommages relève d'une intensité EF2, notamment en raison des dégâts structurels observés sur les habitations, et des projections à distance associées.

Quelques photographies des dommages :
 
© La Dépêche de Brest


En savoir plus sur les tornades