Le 2 août 1852, une tornade de faible intensité (EF1) est observée au nord-est de Mazères (Ariège) près de la rivière de l'Hers. Le phénomène est vu d'un grand nombre de témoins.

La tornade de Mazères s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise 2 cas pour la journée du 2 août 1852, dont celui de Champigny-en-Beauce (Loir-et-Cher).
 

Principales caractéristiques de la tornade

Tornade de Mazères (09) le 2 août 1852intensité maximale : EF1, soit des vents estimés entre 135 km/h et 175 km/h
* distance parcourue : indéterminée
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée : MAZÈRES (faubourg Saint-Louis)
* département : ARIÈGE (09)
* altitude moyenne du terrain : 225 mètres
* type de terrain : territoires agricoles

* principaux dégâts : meules de gerbes et paillers de fourrage emportés dans les airs, toitures de métairies enlevées (pas plus d'informations) et transportées à des "distances considérables"
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Localisation de la tornade



© Keraunos (fond de carte : carte de l’Etat-Major de 1820-1866)
 

Une colonne d'air qui s'élève jusqu'aux nues en tournoyant

Le Journal de Toulouse consacre plusieurs articles détaillés sur une tornade survenue au Nord-Est de Mazères (Ariège) durant la journée du 2 août 1852.

M. Jamme, médecin à Saverdun, alors positionné sur un point culminant au bord de l'Ariège, livre le récit suivant : "[...] Par un temps fortement chargé d'électricité, j'aperçus à l'est-nord-est de Saverdun une bande noire formée par un nuage horizontal , au centre duquel était accolé un autre petit nuage très blanc, infundibuliforme, à tube recourbé vers le sud ; en avant, des nuages gris superposés ; en arrière des traces de pluie dans l'intervalle desquelles on voyait la pureté du ciel."

Après un quart-d'heure d'observations, le même témoin suit l'évolution du phénomène : un cône court, étroit et très noir, s'élève de terre et, avant que sa base ne s'élargisse en tourbillonnant, il se détache une traînée noire qui se joint à l'extrémité du cône supérieur. Il s'agit en réalité d'une tornade qui s'est constituée à environ 9 kilomètres de cet observateur, sur le territoire de Mazères.

De nombreux témoins présents au niveau du champ de foire de Mazères, ont également assisté au développement de la tornade, qui est localisée à environ 500 mètres au Nord-Est de la ville. Elle a l'apparence d'une colonne d'air et de poussière qui "s'élève de la terre aux nues par un tournoiement rapide et ascensionnel, en enlevant dans les airs avec elle les pailles, gerbes et fourrages, les toitures des maisons."

Selon un sens de déplacement de l'Ouest vers l'Est, la tornade produit les dommages suivants : meules de gerbes et paillers de fourrage emportés dans les airs, toitures de métairies enlevées et transportées à des "distances considérables". Faute d'informations précises sur la structure des bâtiments endommagés, une intensité EF1 est retenue au minimum pour cette tornade.

Il est à noter que, selon certains témoins, la tornade prend au piège des pigeons et autres oiseaux qui semblent se débattre contre le tourbillon qui les attire vers lui. Il peut également s'agir de débris inertes qui sont fréquemment confondus, à tort, avec des nuées d'oiseaux.

En savoir plus sur les tornades