Le 11 juin 1863, en cours de soirée, une trombe marine s'échoue sur la plage de la Concurrence, à la Rochelle (Charente-Maritime). Le phénomène poursuit brièvement sa course dans la vieille ville.

Il est à noter que le secteur de la Rochelle, déjà touché le 19 août 1989, le 25 janvier 1971 et peut-être en 1703 (cas validé en liste secondaire), présente à l'heure actuelle une occurrence de tornades sensiblement supérieure à la moyenne nationale.
 

Principales caractéristiques de la tornade                                                                      

* intensité maximale : EF1, soit des vents estimés entre 135 km/h et 175 km/h
* distance parcourue : 500 mètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée : LA ROCHELLE (plage de la Concurrence, tour Saint-Jean)
* département touché : CHARENTE-MARITIME (17)
* altitude moyenne du terrain : 2 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, zones humides

* principaux dégâts : cheminées renversées ; toitures de magasins renversées ; croix qui surmonte la porte principale de l'église Saint-Jean brisée ; baraques en bois des bains de la Concurrence détruites et débris portés à 100 mètres de distance ; chute de briques et de tuiles

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Parcours de la tornade   


© Keraunos (fond de carte : carte de l'Etat-Major de 1820-1866)

Le portail de l'ancienne église Saint-Jean-du-Pérot endommagé

Le Nouvelliste de la Rochelle du 14 juin 1863 revient sur une trombe marine survenue à l'Ouest de la Rochelle, le 11 juin 1863 vers 20 heures.

En entrant dans les terres au niveau de la plage de la Concurrence, le tourbillon détruit
des cabanons en bois et les débris sont portés à 100 mètres de distance. En poursuivant sa course dans la vieille ville, la tornade survole l'église Saint-Jean-du-Pérot (dont il ne subsiste que le clocher aujourd'hui) où elle brise la croix de pierre qui surmonte le portail. Aux alentours, des cheminées sont renversées et des toitures de magasins renversées. Les rues sont également jonchées de débris de tuiles et de briques.

Il n'est pas fait mention de dommages au-delà de l'église ; la trajectoire de 500 mètres retenue pour cette tornade d'intensité EF1 apparaît donc comme un minimum.

En savoir plus sur les tornades