Le 11 juin 1880, vers 17h40, une tornade de forte intensité (EF3) se forme sur un coteau de la vallée de la Moselle, avant de traverser la commune d'Eloyes et au moins trois autres territoires du département des Vosges. Le phénomène laisse une tranchée bien visible en forêt.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade d'Eloyes (88) du 11 juin 1880intensité maximale :  EF3, soit des vents estimés entre 220 km/h et 270 km/h
* distance parcourue : 9,5 kilomètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : indéterminée

* communes traversées : SAINT-NABORD (Tacaumont), ÉLOYES, DOCELLES, XAMONTARUPT, LA NEUVEVILLE-DEVANT-LÉPANGES (Saint-Jean-du-Marché)
* département : VOSGES (88)
* altitude moyenne du terrain : 520 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, territoires agricoles, forêts et milieux semi-naturels

* principaux dégâts : sapins brisés à 1 mètre du sol dans des parcelles de forêts (tranchée visible sur le parcours de la tornade) ; arbres de toutes grosseurs déracinés en tous sens ; toiture en tuiles d'un vaste hangar entièrement soulevée et emportée ; charpentes arrachées et dispersées à de très grandes distances ; quelques habitations détruites, avec ménages dispersés et brisés sans en retrouver la trace ; murs d'un bâtiment très solide détruits ou renversés, et réduits à un monceau de décombres ; des tuiles projetées à 400 mètres, des planches à 1 500 mètres ; enfant jeté dans la rue après avoir été aspiré par la fenêtre de sa chambre

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Parcours de la tornade

 Cliquer sur la carte suivante pour l'agrandir :
 
Trajectoire présumée de la tornade EF3 d'Eloyes (Vosges) du 11 juin 1880. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Une "fumée bouillante" qui renverse plusieurs bâtiments

La tornade d'Eloyes survient dans un contexte orageux généralisé sur le département des Vosges : "Le 11 juin 1880, à 4 heures du soir, des manifestations orageuses se faisaient sentir sur divers points dans l’ouest du département ; à 4h30 à Lamarche, avec vent assez fort ; à 5h15 à Contrexéville, vent assez fort et pluie ; à 5h45 à Mirecourt ; se détachant de ce centre orageux un filet se dirigeait à 5h30 vers le centre, passait sur Darney avec vent très fort et averse ; dévié au NE sous l’influence d’un autre filet arrivant par NW, il passait en tempête sur Epinal à 5h40 ; Docelles, Bruyères sent successivement atteints." [Annales de la société d'émulation des Vosges].
 
Le phénomène prend naissance sur un coteau de la vallée de la Moselle, au lieu-dit Tacaumont, commune de Saint-Nabord : "le choc se produisit au-dessus du territoire d'Eloyes : de l’action de ces vents opposés, résulta la formation d'une trombe qui prit naissance dans la forêt de Takaumont. Le phénomène, disent les témoins oculaires, ressemblait à « une fumée bouillante ». Le ciel était couvert mais très blanc."
 
Selon une trajectoire du Sud-Ouest vers le Nord-Est, la tornade traverse le territoire d'Eloyes et provoque des dégâts importants, après avoir dévasté une parcelle de sapins qu'elle brise à 1 mètre du sol. Plusieurs habitations sont partiellement détruites et leurs toitures dispersées. Des arbres de toutes grosseurs sont déracinés en tous sens. On remarque toutefois que dans les champs environnants, les cultures n'éprouvent aucun mal.
 
Dans l'usine de M. Kiener, les murs de l'extrémité d'un grand bâtiment industriel s'effondrent. Cette partie ne présente qu'un monceau de décombres. La partie qui demeure encore debout est sérieusement endommagée : vitres brisées, planchers effondrés, murailles lézardées ou déviées de la verticale. Dans ce même périmètre, des charpentes d'habitations et des meubles sont emportés par la tornade et emmenés à distance. Un enfant, occupé dans sa chambre, est même happé par la tornade et déposé dans la rue après être passé par une fenêtre. Le tourbillon arrache également une toiture de hangar couverte de tuiles, et la déplace en un seul morceau à une certaine distance.
 
En continuant sa route, la tornade traverse les territoires de Docelles, Xamontarupt et la Neuveville-devant-Lépanges (Saint-Jean-du-Marché) en faisant une tranchée dans la forêt. Au-delà de ce dernier territoire, soit 9,5 kilomètres après le point de départ de la tornade, les investigations cessent. Il se peut donc que la distance parcourue par la tornade d'Eloyes soit supérieure.
 
Il est à noter que la tornade produit plusieurs phénomènes d'aspiration et de projections à distance : tuiles emportées à plus de 400 mètres, planches retrouvées à 1 500 mètres. D'autres objets (manchon, bottines) sont retrouvés à  2 kilomètres, voire plus loin encore.
 

En savoir plus sur les tornades

+ découvrir la climatologie des tornades en France