Le 7 septembre 1876, vers 18 heures, une tornade meurtrière de forte intensité (EF3) ravage neuf communes de l'Orléanais dont le village de Coinces qui est le plus sinistré. Le phénomène, qui parcourt une trajectoire remarquable d'au moins 38 kilomètres, se dissipe au-dessus de la forêt d'Orléans.

La tornade de Coinces s'inscrit dans un outbreak de tornades (épisode de tornades groupées) qui totalise 2 cas pour la journée du 7 septembre 1876, dont celui de Méteren (Nord).
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Coinces (45) du 7 septembre 1876intensité maximale :  EF3, soit des vents estimés entre 220 km/h et 270 km/h
* distance parcourue : 38 kilomètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : 250 mètres

* communes traversées : THIVILLE (domaine de Champromain, carrière de Villengeard), LE MÉE (le Ricocher), OZOIR-LE-BREUIL (moulin de Frouville, village), VILLAMPUY (Juvrainville), VILLAMBLAIN (nord), TOURNOISIS, COINCES, HUÊTRE, CHEVILLY (forêt d'Orléans)
* départements : EURE-ET-LOIR (28), LOIRET (45)
* altitude moyenne du terrain : 125 mètres
* type de terrain : territoires agricoles, forêts et milieux semi-naturels

* principaux dégâts : arbres déracinés et noyers séculaires arrachés ; calotte d'un moulin enlevée ; moulin en bois soulevé et brisé dans sa chute ; charpentes et couvertures de bâtiments arrachées, toitures enlevées sur les habitations ; granges entièrement détruites ; maisons renversées ; clocher de l'église de Coinces mis à nu et toiture ravagée dans toute son étendue ; croix et tombes du cimetière de Coinces renversées ou brisées ; quelques pierres de taille d'un mur enlevées à 5 ou 6 mètres ; débris d'un poulailler retrouvés à 3 kilomètres et volailles étouffées ; plusieurs individus entraînés par le tourbillon ; meules de foin entièrement disparues et dispersées sans qu'on en trouve trace ; chariots et voitures emportés à plusieurs kilomètres et brisés avec leurs essieux ; ardoises fichées dans des troncs d'arbres

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Parcours de la tornade

Cliquer sur les cartes suivantes pour les agrandir :
 
Trajectoire de la tornade de Coinces (Loiret) du 7 septembre 1876. © Keraunos (fond de carte : carte de l’Etat-Major de 1820-1866)
© Keraunos (fond de carte : carte de l’Etat-Major de 1820-1866)
 
Tornade de Coinces (Loiret) du 7 septembre 1876. La même trajectoire au début du XXIe siècle. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 

Deux morts et des dizaines d'habitations endommagées ou effondrées

M. Faye, déjà l'auteur d'un récit très détaillé sur les tornades EF3 des Hayes et de Pray du 3 octobre 1871, publie une nouvelle relation dans l'académie des Sciences, au sujet d'une tornade survenue le 7 septembre 1876 dans l'Orléanais. Son récit est largement complété par un descriptif très détaillé paru dans les bulletins de la société dunoise de 1875-1880.
 
Les observations et conclusions suivantes sont apportées :
 
- la tornade a l'aspect d'un cône renversé dont la base se perd dans les airs,
- un couloir de dégâts continus est observé entre le nord-ouest du domaine de Champromain (Thiville, Eure-et-Loir) et l'entrée de la forêt d'Orléans (Chevilly, Loiret) ; au-delà le territoire n'a pas été inspecté, d'où une trajectoire minimale de 38 kilomètres à ce jour,
- le sens de déplacement est orienté de l'Ouest à l'Est, avec quelques infimes variations,
- la largeur moyenne du phénomène est de 250 mètres,
- le sens de rotation est cyclonique,
- la vitesse de déplacement de la tornade est vraisemblablement considérable (mais la vitesse estimée de 120 km/h paraît ici exagérée),
- les dégâts sont particulièrement importants à Coinces : environ 80 maisons sont endommagées ou renversées et les débris emmenés à distance ; des toitures sont arrachées avec leurs charpentes ; le clocher de l'église est mis à nu et la toiture ravagée dans toute son étendue ; des croix et des tombes du cimetière sont renversées ou brisées.
 
A travers la campagne, les dommages sont très importants et s'élèvent à plusieurs centaines de milliers de Francs, ce qui est considérable pour un territoire non urbanisé. Deux moulins sont touchés. Des dizaines de granges, parfois solides, sont rasées jusqu'à terre et les débris emmenés à distance. Des meules de foin sont également dispersées sans qu'on en trouve trace ; des chariots et des voitures sont emportés à plusieurs kilomètres et brisés avec leurs essieux. A l'extrême nord du Mée, on cite même un poulailler mobile monté sur roues renversé et brisé, et ses débris emportés jusqu'à 3 kilomètres. Près de 150 volailles périssent étouffées ou noyées dans la terre.

La force de la tornade s'est aussi exprimée dans les projections de débris et dans des phénomènes d'aspiration spectaculaires et parfois mortels. On observe notamment des ardoises fichées dans des troncs d'arbres. Plus gravement, des individus sont entraînés par la tornade ou écrasés dans des décombres : certains sont gravement commotionnés, et deux sont retrouvés morts.

Enfin, la trajectoire retenue pour cette tornade est d'au moins 38 kilomètres - les investigations sur le terrain ayant cessé à l'entrée de la forêt d'Orléans. Cette distance parcourue est remarquable et s'inscrit parmi les plus longues trajectoires recensées à ce jour.
 

En savoir plus sur les tornades