Le 1er septembre 1822, une trombe marine s'échoue sur une plage près du village de Sangatte (Pas-de-Calais). On ne recense aucun dégât. 
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Sangatte (62) du 1er septembre 1822intensité maximale : EF0, soit des vents estimés entre 105 km/h et 135 km/h
* distance parcourue : indéterminée
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée : SANGATTE
* département : PAS-DE-CALAIS (62)
* altitude moyenne du terrain : 0 mètre
* type de terrain : zones humides

* principaux dégâts : sable temporairement emporté par le vent

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 Cliquer sur la carte suivante pour l'agrandir :
 
Tornade EF0 de Sangatte (Pas-de-Calais) du 1er septembre 1822. Plage de couleur rouge : emplacement présumé de la tornade. © Keraunos (fond de carte : Carte de l'Etat-Major de 1820-1866)
© Keraunos (fond de carte : Carte de l'Etat-Major de 1820-1866)
 
 

Une trombe marine observée depuis le Cap Blanc-Nez

La tornade de Sangatte est mentionnée dans de nombreuses publications, dont les Annales de chimie et de physique de 1822 : "Le dimanche 1er septembre 1822, vers sept heures du matin, j'ai aperçu d'assez près une trombe au Cap Blanc-Nez, entre Boulogne et Calais. Je vis d'abord un petit nuage allongé qui, par sa base, touchait aux gros nuages dont le ciel était couvert çà et là ; son extrémité inférieure se terminait en pointe très aiguë. Le plus souvent il avait la forme d'un cône renversé, vertical et parfaitement régulier ; quelquefois, au contraire, il offrait des inflexions très-apparentes et qui changeaient presque instantanément de grandeur et de place, comme si toute la masse vésiculaire n'eût pas obéi avec la même facilité à l'impulsion du vent d'ouest, qui soufflait alors avec assez de force. Les monticules de sable dont le rivage est bordé, près de Sandgate, me cachaient la partie de la mer qui correspondait verticalement au nuage ; mais on apercevait distinctement au-dessus des dunes l'extrémité d'une gerbe blanchâtre ascendante, formée, sans aucun doute, d'une multitude de molécules d'eau soulevées par la trombe, et présentant l'aspect des brouillards qui se forment au pied des grandes cascades. Lorsque le vent eut amené la trombe sur la plage, une grande gerbe de sable succéda à la gerbe liquide dont je viens de parler. Bientôt après le phénomène disparut tout-à-fait, et il tomba une forte averse. Des ouvriers qui m'avaient précédé sur les hauteurs du Cap Blanc-Nez aperçurent un bouillonnement très intense dans la partie de la mer où se formait le brouillard ascendant.

Une seule circonstance peut m'excuser d'avoir rapporté avec ce détail une observation si incomplète; c'est la remarque que j'ai eu l'occasion de faire, à une distance assez petite de la trombe, qu’il n’existait absolument rien de visible entre le nuage conique et l'eau ou le sable soulevés."

En l'absence de dégâts, le phénomène est classée en intensité EF0.

 

En savoir plus sur les tornades