Le 26 août 1823, une tornade meurtrière de très forte intensité (EF4) s'abat sur l'Eure-et-Loir et l'extrême ouest des Yvelines. Le phénomène produit de très lourds dégâts matériels, notamment à Saint-Ouen-Marchefroy. Cette tornade, bien documentée, est également appelée tornade de Rouvres, du nom de la commune où elle a pris naissance. 
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Saint-Ouen-Marchefroy (28) du 26 août 1823intensité maximale : EF4, soit des vents estimés entre 270 km/h et 320 km/h
* distance parcourue : 17,5 kilomètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : 100 mètres (jusqu'à 200 mètres)

* communes traversées : ROUVRES (les Mordants, vallée de la Vesgre, chapelle Sainte-Geneviève), SAINT-OUEN-MARCHEFROY (Marchefroy, la Tuilerie), TILLY (la Haute Borne), DAMMARTIN-EN-SERVE (la Côte aux Amants, village), [BOINVILLIERS], VERT
* département : EURE-ET-LOIR (28), YVELINES (78)
* altitude moyenne du terrain : 110 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, territoires agricoles, forêts et milieux semi-naturels

* principaux dégâts : 700 ou 800 arbres de toute grandeur déracinés ou brisés ; têtes, troncs et racines d'arbres transportés à des distances de 120 à 200 mètres ; 53 habitations renversées ou détruites à Marchefroy ; gerbes entraînées et récoltes confondues ; objets lourds emportés à de très grandes distances (dont un pommier arraché dans un vallon, et déposé sur le sommet d'un coteau) ; toiture de la chapelle Sainte-Geneviève (Rouvres) enlevé ; clocher de l'église Saint-Martin de Dammartin-en-Serve décoiffé

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 
 

Trajectoire de la tornade

 Cliquer sur les cartes suivantes pour les agrandir :
 
Trajectoire de la tornade EF4 de Saint-Ouen-Marchefroy (Eure-et-Loir) du 26 août 1823. © Keraunos (fond de carte : Carte de l'Etat-Major de 1820-1866)
© Keraunos (fond de carte : Carte de l'Etat-Major de 1820-1866)
 
Tornade EF4 de Saint-Ouen-Marchefroy (Eure-et-Loir) du 26 août 1823. La même trajectoire au XXIe siècle. © Keraunos (fond de carte : Géoportail)
© Keraunos (fond de carte : Géoportail)
 
Cette trajectoire a été établie en fonction des informations disponibles. Elle pourrait être supérieure.
 
 

Trois personnes décédées et plus de 50 habitations écroulées ou détruites

La tornade de Saint-Ouen-Marchefroy – également appelée trombe de Rouvres dans de nombreuses publications – présente des similitudes avec la tornade EF4 de Lambres (Pas-de-Calais) survenue seulement un an auparavant.

Le parcours et l'intensité du phénomène ont pu être identifiés à l'appui de témoignages et de comptes-rendus, publiés ensuite dans un grand nombre de revues scientifiques.
 
Le point de départ exact du phénomène est indéterminé à ce jour. Si l'on se réfère au compte-rendu effectué par M. le Maire de Saint-Ouen-Marchefroy, la tornade a débuté sa course au niveau de la côte des Mordants, commune de Rouvres. Selon une trajectoire du sud-ouest vers le nord-est, et une largeur moyenne mais irrégulière de 100 mètres, la tornade survole la vallée de la Vesgre, la chapelle Sainte-Geneviève (commune de Rouvres), les hameaux de Marchefroy et de la Tuilerie (commune de Saint-Ouen-Marchefroy), celui de la Haute Borne (commune de Tilly), puis les territoires de Dammartin-en-Serve et de Vert (Yvelines). Au-delà de ce point, nous ne disposons pas d'informations.
 
Les dégâts liés à cette tornade meurtrière sont très importants et relèvent d'une intensité EF4. Toutefois, compte-tenu de la topographie des lieux (vallons et coteaux) les dommages sont parfois irréguliers car la tornade subit des modifications d'état assez importantes, notamment sur la première partie de sa trajectoire.
 
Dans la vallée de la Vesgre, les dommages sont déjà importants : environ 800 arbres sont brisés à mi-hauteur près de la rivière. Un pommier est même traîné de la vallée vers un coteau, ce qui témoigne de la force d'aspiration de la tornade. Nous pouvons considérer que c'est sur le territoire de Saint-Ouen-Marchefroy que les dommages sont les plus sévères, avec une cinquantaine d'habitations écroulées ou entièrement détruites au hameau de Marchefroy. A cet endroit, trois hommes et six chevaux sont roulés en entraînés dans un espace de 50 mètres environ. Des témoins affirment également avoir vu des arbres (têtes, troncs, racines) emportés à une distance de 200 mètres [relation du Docteur Foucault]. C'est aussi dans ce hameau que deux personnes décèdent.
 
La tornade poursuit ensuite sa route en direction de Tilly, puis de Dammartin-en-Serve, où le clocher de l'église Saint-Martin est coiffé. Enfin, à Vert, la tornade tue une jeune fille, ce qui porte à trois le nombre de victimes décées.
 
Compte tenu de l'intensité des dommages, et de la grêle (parfois "grosse comme le poing" [Journal des Débats]) qui est observée en bordure nord du phénomène, nous pouvons considérer que la tornade de Saint-Ouen-Marchefroy est probablement issue d'une structure de type supercellulaire.

 

En savoir plus sur les tornades