Le 23 mai 1843, vers 14 heures, une tornade de forte intensité (EF3) traverse plusieurs communes des Hautes-Pyrénées, dont celle de Saint-Martin qui est fortement éprouvée. Les dégâts matériels sont considérables.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Saint-Martin (65) du 23 mai 1843intensité maximale : EF3, soit des vents estimés entre 220 km/h et 270 km/h
* distance parcourue : 8 kilomètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : indéterminée (environ 500 mètres à Saint-Martin)

* communes traversées : SAINT-MARTIN, BERNAC-DEBAT, ALLIER, BARBAZAN-DEBAT, ANGOS (ruisseau de l'Ousse), LESPOUEY
* département : HAUTES-PYRÉNÉES (65)
* altitude moyenne du terrain : 400 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, territoires agricoles, forêt et milieux semi-naturels

* principaux dégâts : arbres, parfois de gros diamètre (chênes, châtaigniers), déracinés, brisés, dépouillés, et emportés à distance ; moissons emportées ; toitures arrachées et transportées à de grandes distances ; toiture et clocher de l'église de Saint-Martin démolis ; clocher de l'église d'Allier détruit  ; maisons effondrées (murailles renversées, lézardées ou surplombées) ; un homme saisi par la tornade et emporté a plus de 20 mètres
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 Cliquer sur la carte suivante pour l'agrandir :
 
Trajectoire de la tornade EF3 de Saint-Martin (Hautes-Pyrénées) du 23 mai 1843. © Keraunos (fond de carte : Carte de l'Etat-Major de 1820-1866)
© Keraunos (fond de carte : Carte de l'Etat-Major de 1820-1866)
 

Deux clochers détruits et quatre villages sinistrés

La tornade de Saint-Martin a fait l'objet d'un descriptif minutieux par un témoin direct du phénomène, alors positionné à hauteur du ruisseau de l'Ousse, dans la commune d'Angos. L'inventaire des dégâts a pu être complété par un article du Journal de Toulouse du 28 mai 1843.
 
Le phénomène, accompagné de gros grêlons, s'annonce par un bruit caractéristique : "Tout-à-coup un bruit épouvantable, un effroyable fracas, vinrent frapper mes oreilles ; et, avant que je pusse penser à m'en rendre compte, une colonne de vent accompagnée de quelques grêlons secs tout pointus, gros comme des noix, abattait, brisait, déracinait, emportait dans sa course furibonde, une centaine de chênes ou de châtaigniers considérables."
 
Le parcours de la tornade a pu être retracé entre le territoire de Saint-Martin - sinistré à presque 100% - et l'entrée du village de Lespouey, distant de la première commune de 8 kilomètres. Selon toute vraisemblance, la largeur du phénomène semble significative, au maximum d'environ 500 mètres au niveau de Saint-Martin.
 
Les dommages observés sur le parcours de la tornade permettent un classement en intensité EF3 : arbres, parfois de gros diamètre (chênes, châtaigniers), déracinés, brisés, dépouillés et emportés à distance ; moissons emportées ; toitures arrachées et transportées à de grandes distances ; toiture et clocher de l'église de Saint-Martin démolis ; clocher de l'église d'Allier détruit  ; maisons effondrées (murailles renversées, lézardées ou surplombées).
 
Concernant les habitations démolies, le décompte effectué en date du 28 mai est le suivant :
 
Saint-Martin : quasiment 100%,
Bernac-Debat : 4 maisons,
Allier : 9 maisons,
Barbazan-Debat : 12 maisons.
 
A Allier, on rapporte qu'une instituteur, rentrant chez lui pour éviter le mauvais temps qu'il voyait arriver, voit sa maison s'écrouler au moment où, tenant la clé de sa porte à la main, il allait l'ouvrir pour entrer. On cite également un cultivateur d'Angos qui est saisi par la tornade et emporté a plus de 20 mètres de distance, lancé contre la haie d'un champ, ce qui a arrêté sa course.
 
Malgré la puissance de la tornade de Saint-Martin, aucune victime décédée n'est à déplorer.
 

En savoir plus sur les tornades