Le 30 septembre 1849, vers 9h15, une tornade de faible intensité (haut de l'échelon EF1) traverse les territoires de Douvres-la-Délivrande et de Luc-sur-Mer (Calvados) avant de prendre la direction de la mer. Le phénomène, qui a été vu, a fait l'objet d'une importante médiatisation et d'une minutieuse enquête de terrain.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Tornade de Douvres-la-Délivrande (14) le 30 septembre 1849intensité maximale : EF1, soit des vents estimés entre 135 km/h et 175 km/h
* distance parcourue : 5,7 kilomètres
* largeur moyenne : 150 mètres

* communes traversées : DOUVRES-LA-DÉLIVRANDE, LUC-SUR-MER
* département : CALVADOS (14)
* altitude moyenne du terrain : 20 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, territoires agricoles, surfaces en eau

* principaux dégâts : environ 400 arbres brisés ou renversés, dont de gros noyers ; toitures en paille ou en chaume enlevées, parfois avec la charpente ; toitures en ardoises endommagées, dont celle de l'église de la Délivrande ; une couverture en zinc arrachée ; étais de marchands enlevés et jetés à distance ; une voiture attelée prise par le tourbillon (elle a fait plusieurs tours) ; un pilier en pierre de taille renversé ; pans de murs de clôture renversés ; deux personnes enlevées d'un char et projetées à une quinzaine de mètres
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Parcours de la tornade

 

© Keraunos (fond de carte : carte de l’Etat-Major de 1820-1866)

Une fumée blanchâtre qui tourbillonnait

La tornade de Douvres-la-Délivrande du 30 septembre 1849 a fait l'objet d'un compte-rendu très détaillé dans l'académie des sciences. Il permet d'attester d'un phénomène tourbillonnaire sur une trajectoire terrestre totale de 5,7 kilomètres et un sens de déplacement du Sud-Ouest vers le Nord-Est (234°). Sur une bande de terrain large de 150 mètres en moyenne (et plus étroite à son point de départ), le phénomène prend naissance entre Basly et Douvres, avant d'emprunter un vallon qui mène à la commune de Douvres-la-Délivrande. Cette même commune est surtout atteinte sur son flanc oriental : d'abord à Douvres où quelques habitations sont atteintes, ensuite à la Délivrande où la rue principale et le périmètre de l'église sont plus sérieusement touchés. A Luc-sur-Mer, la tornade frôle le Vieux-Luc par l'Est, avant d'atteindre la mer où des pêcheurs d'équille disent l'avoir vue faire élever les eaux à une hauteur d'environ 20 mètres.

La tornade, accompagnée d'un grand bruit comparable à un roulement de voitures, est décrite par plusieurs témoins comme une espèce de fumée blanche qui tourbillonnait, en entraînant avec elle des pailles, des feuilles et des corps légers. L'examen du sens de chute des arbres permet d'identifier un axe de convergence, et un sens de rotation qui serait anticyclonique d'après les conclusions des scientifiques.

Les dommages consécutifs à cette tornade relèvent du haut de l'échelon EF1. Ils concernent à la fois la végétation (400 arbres, dont deux gros noyers, sont brisés ou couchés) et de nombreuses habitations surtout à Douvres et à la Délivrande. On cite un grand nombre de toitures en paille ou en chaume enlevées, parfois avec leur charpente. Les toitures en ardoises (dont celle de l'église de la Délivrande) sont également endommagées, mais dans une moindre mesure. Sur la place de la Délivrande, des étais de marchands sont enlevés et jetés à distance ; une voiture attelée est même saisie par le tourbillon et fait plusieurs tours. Un pilier en pierre de taille est aussi renversé, et des pans de murs de clôture renversés.

Cinq personnes sont blessées suite à cette tornade, dont l'une très sérieusement. Une femme a effectivement reçu en pleine poitrine une tuile qui lui a brisé deux cotes. Deux autres personnes ont également reçu des tuiles ou des pierres, mais leurs blessures sont moins grave. Enfin, deux autres personnes ont été enlevées d'un char et projetées à une quinzaine de mètres, mais elles n'éprouvent que de légères contusions.

En savoir plus sur les tornades