Le 30 mai 1841, une tornade meurtrière de forte intensité (EF3) traverse la commune de Courthézon (Vaucluse) où elle provoque de sérieux dégâts matériels. La distance exacte parcourue par le phénomène reste toutefois incertaine, en raison de sources divergentes.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Courthézon (84) du 30 mai 1841intensité maximale : EF3, soit des vents estimés entre 220 km/h et 270 km/h
* distance parcourue : indéterminée
* largeur moyenne : 150 mètres

* communes traversées : COURTHÉZON (faubourg d'Orange, quartier Nord-Est, Réal Clavel)
* département : VAUCLUSE (84)
* altitude moyenne du terrain : 40 mètres
* type de terrain : territoires artificialisés, territoires agricoles

* principaux dégâts : arbres déracinés, brisés et emmenés à distance ; nombreuses toitures de maisons démolies ou pans de murs renversés ; un bâtiment attenant au rempart démoli ; façade d'une maison en construction renversée ; pan de rempart démoli sur une longueur de 12 mètres, une hauteur de 8 mètres et une largeur d'un mètre ; fragments de tuiles projetés à grande distance et incrustés dans des troncs d'arbres ou dans le sol   

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade

 Cliquer sur la carte suivante pour l'agrandir :
 
Tornade EF3 de Courthézon (Vaucluse) du 30 mai 1841. Trajectoire présumée dans l'agglomération de Courthézon, du faubourg d'Orange à la campagne de Réal Clavel. © Keraunos (fond de carte : Carte de l'Etat-Major de 1820-1866)
© Keraunos (fond de carte : Carte de l'Etat-Major de 1820-1866)
 

Murailles des remparts renversées

La tornade de Courthézon a fait l'objet de nombreux témoignages et de plusieurs publications dans des revues scientifiques. Pour autant, la trajectoire précise et la distance parcourue restent indéterminées à ce jour en raison de plusieurs témoignages contradictoires ou imprécis.
 
Le compte-rendu de M. Rénaux, publié dans l'Académie des Sciences de 1841, apparaît le plus sérieux. Positionné sur un promontoire rocheux proche du quartier de Saint-Louis, à l'ouest de Bédarrides, M. Rénaux parvient à observer le passage de la tornade, du Nord de Courthézon aux confins du territoire de Monteux. Son récit est sans équivoque : "A peine y étions-nous depuis deux ou trois minutes, que nous aperçûmes un tourbillon violent qui passa sur la ville de Courthézon. Ce tourbillon avait la forme d'un cône ; sa couleur était bistre foncé ; il en sortait comme des nuages de poussière."

Durant les premières minutes de l'observation, la tornade présente une structure de forme variable, marquée par des évasements ou des rétrécissements importants, voire des ruptures entre la base nuageuse et le sol. Au bout d'un quart-d'heure environ, le tourbillon s'évase fortement, jusqu'à se dissiper sous la forme d'une masse vaporeuse en prenant la direction de Monteux, après avoir traversé la campagne de Réal Clavel.
 
Au sein de Courthézon, les dégâts sont très importants car la tornade survole un territoire artificialisé dont l'habitat est très dense. Une centaine de maisons sont très endommagées, notamment dans tout le Nord et le Nord-Est de la ville. Parmi les dégâts les plus notables, nous pouvons citer ceux-ci : arbres déracinés, brisés et emmenés à distance ; nombreuses toitures de maisons démolies ou pans de murs renversés ; un bâtiment attenant au rempart moli ; façade d'une maison en construction renversée ; pan de rempart démoli sur une longueur de 12 mètres, une hauteur de 8 mètres et une largeur d'un mètre ; fragments de tuiles projetés à grande distance et incrustés dans des troncs d'arbres ou dans le sol.
 
La tornade de Courthézon provoque également la mort d'un homme âgé de 80 ans, occupé à cueillir de la feuille de mûrier. Enlevé par la tornade, il est projeté avec force contre un mur et meurt presque instantanément. Six autres personnes sont grièvement blessées.
 

Autre phénomène tourbillonnaire le même jour?

D'après une lettre de M. de Gasparin communiquée à M. Arago, un autre phénomène tourbillonnaire aurait été observé à douze kilomètres à l'Ouest, sur le territoire de Caderousse, et plus particulièrement sur l'île de la Piboulette où des dégâts sont mentionnés.
 
Bien que le descriptif de la tornade soit sans équivoque, il n'est pas possible d'attribuer directement cet événement à la tornade de Courthézon, pour les raisons suivantes :
 
- aucun gât venteux n'a pu être identifié entre Caderousse et Courthézon (simplement de la grêle sur une bande de terrain de 500 mètres de largeur),
- le lieu de formation présumée du tourbillon, entre Mornas et Mondragon, donnerait lieu à une trajectoire du Nord vers le Sud, ce qui contredirait la juste observation effectuée à Courthézon où la tornade a évolué de l'Ouest/Nord-Ouest vers l'Est/Sud-Est.
 
Pour ces raisons, nous considérons que des investigations complémentaires doivent être menées afin de faire toute la lumière sur ce second événement.
 

En savoir plus sur les tornades