Le 23 juin 1764 en matinéeune tornade supposée de très faible intensité (EF0) est observée depuis la commune de Limeil-Brévannes en direction de la Seine à hauteur de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne). En réalité, il s'agit d'une trombe fluviale qui n'a provoqué aucun dégât.
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Villeneuve-Saint-Georges (94) du 23 juin 1764intensité maximale : EF0, soit des vents estimés entre 105 km/h et 135 km/h
* distance parcourue : indéterminée
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée : VILLENEUVE-SAINT-GEORGES (la Seine)
* département : VAL-DE-MARNE (94)
* altitude moyenne du terrain : 33 mètres
* type de terrain : surfaces en eau

* principaux dégâts : pas de dégâts recensés

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen. 
 

Trajectoire de la tornade

Cliquer sur la carte suivante pour l'agrandir :
 
Tornade EF0 de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) du 23 juin 1764. Plage de couleur rouge : localisation de la tornade. © Keraunos (fond de carte : Carte de Cassini du XVIIIe siècle)
© Keraunos (fond de carte : Carte de Cassini du XVIIIe siècle)
 
A ce jour, les informations disponibles sur cette tornade ne permettent pas d'établir une trajectoire précise.

 

Une trombe fluviale observée sur la Seine

L'Histoire de l'académie royale des sciences (1764) fait part du phénomène, qui a été observé depuis la commune de Limeil-Brévannes, en direction de l'ouest : "M. du Bourdieu, ancien Commandant pour la Compagnie des Indes au fort de Judda en Afrique, a mandé à M. Bailly, qu'étant le 23 Juin 1764, à Limay [Limeil] près Villeneuve-Saint-Georges, à demi-lieue de la Seine, par un temps chargé et orageux accompagné d'éclairs et de tonnerre, il aperçut vers les 10 heures du matin une trombe qui avait le pied dans la rivière, et qui s’élevait en serpentant jusqu'aux nuées, faisant en gros avec l'horizon un angle d'environ 70 degrés, il la jugea large d'environ 3 pieds à l'extrémité qui touchait aux nuages, la largeur était moindre à la superficie de la rivière, et sa longueur était formée par cinq ou six sinuosités ; il y avait des parties plus transparentes qui laissaient apercevoir l'ascension de l’eau ; la trombe laissait même à quelques endroits échapper une espèce de brouillard, elle avait creusé dans la rivière un bassin dont M. du Bourdieu ne put mesurer l'étendue à cause de l'éloignement : ce phénomène dura à peu près un quart d'heure, alors la colonne se rompit au tiers ou environ de sa hauteur, la partie inférieure retomba en pluie et la supérieure fut pompée par le nuage avec tant de vivacité que M. du Bourdieu assure qu'elle fut absorbée en une seconde de temps, le phénomène fut suivi d'une forte grêle."

La tornade de Villeneuve-Saint-Georges, observée depuis la commune de Limeil-Brévannes, est fréquemment nommée trombe de Limay, ce qui est inexact aujourd'hui car ce toponyme renvoit à une autre commune qui se situe dans les Yvelines. L'évolution syntaxique du lieu (Limay>Limeil) est à l'origine de cette confusion.
 
 

En savoir plus sur les tornades