Le 13 octobre 1787, une tornade d'intensité modérée (bas de l'échelon EF2) frappe la commune de Blanquefort (Gironde). Vu par un grand nombre de témoins occupés à travailler dans les vignobles, le tourbillon produit des dommages parfois importants sur les habitations.
 
 

Principales caractéristiques de la tornade

Localisation de la tornade de Blanquefort (33) du 13 octobre 1787intensité maximale : EF2, soit des vents estimés entre 175 km/h et 220 km/h
* distance parcourue : indéterminée
* largeur moyenne : indéterminée

* commune traversée : BLANQUEFORT
* département : GIRONDE (33)
* altitude moyenne du terrain : 20 mètres (altitude approximative)
* type de terrain : territoires agricoles

* principaux dégâts : tête d'un arbre vigoureux brisée et tronc arraché de terre avec de grosses racines ; chute des toits des maisons
 
NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 
 

Localisation de la tornade

 
Trajectoire et localisation exacte non définies
 
 

Un "cône tronqué et renversé" de "plusieurs couleurs"

Le Journal de Guyenne publie une lettre de M. Prudhomme, professeur de mathématiques, témoin d'une tornade survenue sur le territoire de Blanquefort, au nord-ouest de Bordeaux, en Gironde. Sans que la trajectoire, ni la localisation précise, ne puissent être définies, nous savons que le phénomène s'est formé et dissipé sur le même lieu.
 
Le mouvement de rotation à l'origine de la tornade de Blanquefort est parfaitement décrit : amoncellement soudain de nuages, mise en mouvement de toutes les parties de l'horizon réunies en un point, constitution d'un "cône tronqué et renversé", de "plusieurs couleurs dont l'ensemble lui donnait un aspect livide", mouvement de rotation rapide et régulier de haut en bas.
 
Dans sa course, la tornade crée l'effroi auprès des habitants et des travailleurs occupés dans les vignobles des environs, qui se jettent instinctivement à terre. Des habitations sont touchées, dont celle du curé de Blanquefort, mais aucun blessé n'est signalé.
 
Les dégâts occasionnés par cette tornade peuvent relever d'une intensité EF2 (bas de l'échelon), même si les détails fournis sur les dommages sont peu abondants : chute des toits des maisons qui occasionnent un "horrible fracas" (ce qui laisse supposer que la structure entière du toit a dû céder), craquement d'un arbre vigoureux, dont la tête est brisée, puis le tronc arraché de terre avec de grosses racines.

En savoir plus sur les tornades

+ découvrir la climatologie des tornades en France