Lozère Sauvage était positionné dans le Vaucluse le 7 mai. Il nous livre ses clichés et son récit.

Positionné dans le Lubéron, j'assiste à des orages de chaleur en fin de journée. Lundi 7 mai, l'un d'eux fût particulièrement violent et électrique. Positionné entre le village de Rustrel et Saint-Saturnin-les-Apt, je suis alors idéalement situé pour capturer ce beau moment kéraunique. 

Les ocres de Rustrel au premier plan, l'orage prend naissance derrière les montagnes avant de progresser dans la vallée.




Je cherche un point de vue en hauteur, j'emprunte un chemin et me poste dans un champ de vignes :




Le coup de vent annonciateur du rideau de pluie est passée, le noyau de la cellule me passe au-dessus, je me replie à la voiture. Je profite d'une légère accalmie de pluie pour passer l'objectif à la fenêtre. Mon 16 mm est vissé à mon boitier plein format et puis cet impact décharge sa colère à quelques mètres de moi. Il ne rentre pas dans le cadre. Le bruit est impressionnant :




 Je m'avance ensuite vers le village voisin et souhaite cadrer le clocher du village. C'est un véritable déluge de foudre, tel le bouquet final lors d'un 14 juillet, des bombes explosent autour de moi, derrière, devant... L'adrénaline est à son comble !




Et puis il y a ce craquement qui déchire les tympans et claque dans le ciel, c'est tombé à 350 m de ma position, juste en face sur l'arbre. La pluie battante rend les prises de vues difficiles mais l'excitation ne me fait pas renoncer :




Je suis resté 2 heures à photographier cet orage tout en restant dans un rayon de 10 km. Ce fut sans aucun doute l'orage le plus impressionnant que j'ai connu de part la proximité et des impacts.