Chris Russo était positionné dans le Gard le 7 mai et nous livre son récit de chasse.


Une journée orageuse très prometteuse avec tous les paramètres réunis pour une instabilité estivale.

Sur la route des vacances, j'ai profité de la situation pour découvrir la chasse dans cette région du Languedoc-Roussillon, mais principalement dans le Languedoc et plus précisément dans le Gard.

Tout commença vers 13h avec une première belle cellule sur la partie sud du parc des Cévennes. Les massifs permettent des points de vue variés. Et puis c'est dans le fin fond du Gard que la dégradation en plein après-midi prit toute son ampleur.

Positionné près de la ville du Vigan, premier impact lointain mais non moins esthétique vers 13h :



14h57, en suivant l'évolution de la cellule, les premiers mammatus apparaissent :




En devançant cette cellule, j'ai pu constater qu'elle continuait à puiser du carburant pour arriver à une structure beaucoup plus nette avec des contours bien dessinés dans un environnement nuageux bien dégagé :




Et puis c'est aux alentours au Nord de la ville d'Alès que tout s'est emballé à partir de 15h30. Une cellule puissante venant de Valence prit la direction du Sud. Une situation apocalyptique avec des couleurs qui laissaient présager la présence de grêle.

L'approche de la ville fut compliquée à cause des ralentissements. I








Enfin les premiers coups de foudre malgré la pluie très abondante :








Après ce passage délicat, j'ai pris la décision de sortir de la ville pour reprendre l'autoroute vers Nîmes pour apprécier les derniers impacts. Il est déjà 17h :